Erdem Helvacioğlu

Wounded Breath

(Aucourant Records / Import)

 date de sortie

00/12/2008

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electroacoustique

 appréciation

 écouter

5 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Aucourant Records / Electroacoustique / Erdem Helvacioğlu

 liens

Erdem Helvacioğlu
Aucourant Records

 autres disques récents
Automatisme
Transit
(Constellation)
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)
The Eye Of Time
Myth II : A Need To Survive
(Denovali Records)

Erdem Helvacioğlu est à peu près inconnu par chez nous, mais nous avions parlé de son précédent album, Altered Reality paru chez New Albion il y a deux ans, et plus récemment de sa participation à la compilation Spectra chez Quiet Design. A 34 ans, le jeune turque, plusieurs fois primé, est l’un des artistes les plus renommés de son pays dans le domaine difficile des musiques électroacoustiques, un genre que l’on aborde surtout en live sur ces pages, produisant pour le cinéma, la danse et le théâtre.

Sur Altered Reality, le Turque jouait de la guitare qui était transformée en direct par des machines. Sur Spectra - Guitar in the 21st Century c’est bien évidemment encore la guitare qui était à l’honneur, un instrument qu’il semble avoir complètement oublié ici, s’orientant vers des compositions plus classiquement électroacoustiques et contemporaines. On pourrait s’inquiéter ou regretter un tel choix, mais Erdem Helvacioğlu semble ne jamais oublier le plaisir de l’auditeur et si sa musique est expérimentale, elle nous parle aussi, ses glissements sonores nous transportent, et son tempo généralement lent lui donne une certaine ampleur et un côté humain, prenant le temps de respirer.
L’album se compose de 5 pièces de 10 à 17mn sur chacune desquelles le musicien développe un nouveau thème tout en restant sur une même méthode de travail, garantissant la cohérence du tout. On remarquera donc des éléments concrets, des nappes sombres et mystérieuses (une constante sur l’ensemble de l’album), des bouillonnements aquatiques et bleeps électroniques, nous donnant tour à tour l’impression d’explorer des fonds sous-marins avec imitation de chant de baleine et d’être coincé au fond d’une caverne ensuite. Le morceau étant nommé Below the Cold Ocean, la première option semble être la bonne... Après l’eau, c’est le feu qui est convié sur Dance of Fire d’une manière un peu originale puisqu’évitant les classiques crépitements au profit de nombreux chuintements dévastateurs, un peu à l’image de celui qui se fait entendre lorsque l’on craque une allumette.
Si Erdem Helvacioğlu se fait souvent très poétique, il sait aussi se faire ludique, évoquant l’enfance lorsqu’il construit Lead Crystal Marbles sur un jeu de billes qui tombent sur le sol, rebondissent, roulent sur différents matériaux, tournent dans une assiette sur fond de nappes minérales, cordes frappées ou grinçantes et craquements sourds du bois. Sur la dernière pièce intitulée Wounded Breath, le Turque prend pour sujet une vieille dame sur son lit de mort jusqu’au dernier soupir, avec ici plus que jamais des sonorités typiques du genre, trop typiques peut-être, mais globalement aérien (les soupirs) donnant au final l’impression d’avoir travaillé sur les quatre éléments.

On est ici dans un style, une forme plus classique des travaux électroacoustiques, et on pourra regretter de voir le jeune Turque s’orienter vers un certain académisme. D’un autre côté sa musique garde un côté humain et accessible qui peut séduire un public relativement large, amateur d’ambient et d’expérimentations, de nouvelles sonorités, un domaine dans lequel Erdem Helvacioğlu excelle.

Fabrice ALLARD
le 04/06/2009

À lire également

Erdem Helvacioğlu
Altered Realities
(New Albion)
26/03/2011
Présences Electronique
(Le 104)
Erdem Helvacioğlu & Per Boysen
Sub City 2064
(Autoproduit)