Schizophonic Cabaret - autour de Pascal Comelade

 date du concert

04/07/2009

 salle

Les Voûtes,
Paris

 tags

David Fenech / Faust / Les Voûtes / Pascal Comelade / Richard Pinhas

 liens

David Fenech
Faust
Les Voûtes
Pascal Comelade
Richard Pinhas

 dans la même rubrique

À l’occasion de la sortie de la compilation "Assemblage de Pièces Comeladiennes du plus bel effet", les musiciens qui y participent poursuivaient leur hommage à Pascal Comelade en jouant ensemble.

Chapi-chapo et ses amis sont les premiers à se produire ce soir. La filiation avec Pascal Comelade est évidente : les instruments-jouets sont omniprésents sur scène. Ils sont quatre à se refiler tambours, ukélélés et mirlitons, pendant qu’un cinquième apporte un peu de sérieux en jouant la mélodie des morceaux à la guitare. La musique ne cache pas son origine modeste et reste ludique. Heureusement les musiciens et les instruments sont assez nombreux pour donner une impression de foisonnement. On ressent pourtant une profonde différence avec Comelade, qui utilise des instruments-jouets pour créer de vraies chansons, pas des chansons-jouets.

Lorsque c’est au tour de Général Alcazar (Patrick Chénière) de jouer, il est bizarrement rejeté en fond de scène, alors qu’une partie des musiciens de la soirée emmenés par un Jac Berrocal à l’équilibre instable, occupe l’avant-scène le temps d’une chanson. Après cette entrée en matière tonitruante, le général et sa guitare reviennent au premier plan, épaulés par Comelade au piano-jouet. Une chanson, quelques comptines instrumentales et une dernière chanson, ce concert sera à l’image de la soirée et laissera un sentiment de frustation : tout cela ne dure pas assez longtemps, et on reste sur sa faim (note pour le futur : retourner voir Alcazar la prochaine qu’il joue plus au nord que Toulouse).

Un des concerts attendus (car n’ayant pas vocation à se reproduire) de la soirée était la rencontre de Berrocal, Ghédalia Tazartès et David Fenech. Il y aura de beaux moments, principalement quand chacun était dans son rôle, Berrocal à la trompette, Tazartès enchaînant les mélopées, et Fenech à genoux devant ses petits instruments apportant la touche comeladienne. Les moments où ils s’aventurent à jouer d’autre chose que leur instrument de prédilection sont en revanche plus flottants, ce qui est sûrement à mettre sur le compte du leitmotiv de la soirée : les prestations ne durent pas assez longtemps pour que tout ce qui constitue un concert (un groupe, un public, une ambiance...) aient le temps de se mettre en place.

Richard Pinhas avait prévu le coup, et fait dans l’ultra-court, avec une sorte de monolithe bruitiste, qui révèle peu à peu (mais vite fait quand même) ses multiples couches. On passe ensuite sans temps mort à Faust, gens qui ont l’air trés sympathiques, et dont on aimerait apprécier plus la musique : pourtant les scansions de texte militant nous touchent peu, le style semble d’une autre époque, ce qui est d’ailleurs le cas pour nous qui ne les avons pas connus à leurs débuts. À mi-concert cependant ils entendent nos souhaits et changent pour un registre plus proche de la musique improvisée et lancinante.

Bertrand Le Saux
le 10/07/2009

À lire également

26/03/2010
Présences Electronique
(Le 104)
Imagho
Inside Looking Out
(We Are Unique Records)
28/06/2007
Siestes Electroniques
(Cour de la DRAC)
David Fenech
Polochon Battle
(Inpolysons)