Tomasz Bednarczyk

Let’s Make Better Mistakes Tomorrow

(12k / Import)

 date de sortie

09/06/2009

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

2 RealAudio complets

 tags

12k / Ambient / New Rome / Tomasz Bednarczyk

 liens

12k
Tomasz Bednarczyk
New Rome

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Conçu comme un LP « à l’ancienne » avec ses deux faces articulées autour d’un titre-pivot, Let’s Make Better Mistakes Tomorrow (bien bel intitulé, au demeurant) est le troisième album de Tomasz Bednarczyk, musicien qui après des disques sur Room40 trouve en 12k un terrain idoine pour développer son ambient habitée.

Sur les cinq premiers morceaux, c’est une musique joliment lumineuse que propose le Polonais, à base de nappes légèrement ondoyantes, de sonorités quasi-scintillantes et d’une arythmie propre à l’alanguissement. Peut-être un rien trop homogène, cette « face A » prend néanmoins tout son sens lorsqu’il s’agit de la considérer comme la première moitié d’un diptyque, une forme de préparation à ce que la seconde moitié du long-format va développer. Mis en condition par cette superposition de textures, s’étant laisser aller pendant plus de vingt minutes à une délectable divagation, l’auditeur peut aborder sereinement la « face B » de Let’s Make Better Mistakes Tomorrow.

Aidé par le piano d’Adrian Klumpes (ce Danois membre de Triosk), The Sketch fait office de point de bascule, intégrant, outre la dimension mélodique de l’instrument, quelques crépitements, babillements samplés d’enfants et bruits captés tout aussi oniriques. Plutôt traditionnel, ce mélange introduit donc quatre autres morceaux, plus sombres et ténébreux, sans pour autant verser dans le tout-angoissant régulièrement prisé dans ce style musical. Alors que l’on regrettait que les glitchs ne fussent plus convoqués, c’est avec intérêt qu’on les retrouve pour Night, dernier morceau jouant aussi bien sur ces petits craquements que sur une boucle sonore allant crescendo et decrescendo.

François Bousquet
le 21/07/2009

À lire également

Pjusk
Sval
(12k)
Sébastien Roux
Songs
(12k)
Fourcolor
As Pleat
(12k)
Kenneth Kirschner
Twenty Ten
(12k)