Eric Cameron : Record of Work

 date

du 20/05/2009 au 11/09/2009

 salle

Centre Culturel Canadien,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Culturel Canadien / Eric Cameron

 liens

Centre Culturel Canadien

 dans la même rubrique
du 03/02/2017 au 08/05/2017
Emmanuel Saulnier : Black Dancing
(Palais de Tokyo)
du 28/03/2017 au 06/05/2017
Rien ne nous appartient : Offrir
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 10/02/2017 au 23/04/2017
Thomas Huber : L’Imagination au Pouvoir
(HAB Galerie)
du 19/01/2017 au 16/04/2017
Strange Days
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)

Depuis plusieurs décennies, Eric Cameron réalise des Thick Paintings, au nom trompeur puisqu’il s’agit en réalité de sculptures, réalisées à partir d’objets du quotidien puis recouverts de multiples couches de gesso (sorte de craie, principalement utilisée en peinture). Le résultat n’est alors pas très éloigné de ce que peut faire Bertrand Lavier, lorsqu’il recouvre d’acrylique un piano ou une voiture : les couches donnant une nouvelle vie et une nouvelle destination aux objets.

JPEG - 24.1 ko
Chloe’s Raw Sugar
(courtesy Trépanier Baer Gallery, Calgary)

Pourtant, à la différence du plasticien français, les œuvres de l’Anglais émigré au Canada ne sont pas toujours ressemblantes car, au fur et à mesure des superpositions de gesso, l’objet initial peut disparaître complètement, y compris sa forme générale, sa silhouette. Lettuce, laitue à l’origine, devient une grosse sphère, English Roots : Paintings voit une boîte de pellicule photo évoluer vers une figure indistincte, Chloe’s Raw Sugar passe d’un sachet de sucre brun à une sorte de soucoupe volante tandis qu’Ede’s Choice utilise des chaussures de bébé pour créer quelque chose tenant davantage de la colombe. Ces déformations tiennent, au-delà de l’adjonction de gesso, à la manière de procéder de Cameron : tant que l’œuvre considérée n’a pas été acquise, il continue d’y ajouter des couches de craie ; si bien que certaines pièces ont sur elles plus de dix mille épaisseurs de calcaire. Ce processus lui permet alors de combiner work in progress (par construction, on ne sait jamais quelle sera l’apparence terminale de chaque œuvre) et objet fini (les sculptures représentent toujours plus ou moins quelque chose). À ce titre, elles se font parfois très nettement identifiables : le ressort de Spring Eternal ou la chaise de Stacking Chair, par exemple. Le visiteur peut alors parcourir la courte exposition en se livrant au petit jeu des devinettes à l’approche de chaque œuvre. Alors que l’utilisation uniforme du blanc, l’absence totale d’autres colorations, le caractère brut du gesso, proche du plâtre de travail utilisé en sculpture, ou la présence d’une cinquantaine de « record sheets » (feuilles sur lesquelles sont inscrites le nombre de couches pour chaque œuvre) renforcent l’aspect work in progress du travail de Cameron, Record of Work témoigne d’une grande cohérence et donne jamais l’impression de parcourir un atelier ou de visiter une exposition montrant des ébauches ou chutes de travail.

Itinérance de l’exposition :
- du 13 mars au 7 juin 2010 : Musée Chagall - Nice

François Bousquet
le 26/07/2009

À lire également

du 04/04/2012 au 08/09/2012
Manon De Pauw : Intrigues
(Centre Culturel Canadien)
du 29/11/2007 au 02/02/2008
Lisa Klapstock / Paulette
(Centre Culturel Canadien)
du 26/09/2007 au 17/11/2007
Son et Vision : l’image
(Centre Culturel Canadien)