Festival Premiers Plans d’Angers 2005 - Reprise du Palmarès

 date

du 21/01/2005 au 30/01/2005

 salle

Forum des Images,
Paris

 tags

Forum des Images

 liens

Forum des Images

 dans la même rubrique
du 26/05/2016 au 05/06/2016
Quinzaine des Réalisateurs 2016 - Reprise de la sélection
(Forum des Images)
du 22/01/2016 au 31/01/2016
Festival Premiers Plans d’Angers 2016 - Reprise du Palmarès
(Forum des Images)
du 28/11/2015 au 06/12/2015
EntreVues - Festival International du Film de Belfort 2015 - (...)
(Cinémathèque Française)
du 22/11/2014 au 30/11/2014
EntreVues - Festival International du Film de Belfort 2014 - (...)
(Luminor Hôtel de Ville)

Suivant la tradition mise en place l’an passé, le Forum des Images reprenait, au cours d’une même soirée, une bonne partie du palmarès des Premiers Plans d’Angers. La presse quotidienne nationale s’étant fait l’écho d’une déception quant à ce dernier, eu égard au niveau général d’une compétition jugée « exceptionnelle », on se rendait quelque peu sceptique au Forum. Au programme : quatre courts-métrages (au lieu des six de l’an passé, compte tenu de la longueur – une demi-heure – de deux d’entre eux) et deux longs.

Grand Prix du Jury pour les courts-métrages français, Transit de Bani Khoshnoudi nous a paru être l’énième film sur les exilés, relatant, via un hiératisme exacerbé, des scènes maintes fois vues (entraide entre les exilés victimes d’un passeur tyrannique, conditions de vie précaires, incertitude du lendemain). Prix du public pour les courts-métrages européens, Breaking Out de l’Anglaise Marianella Maldonado se veut nettement plus ambitieux tant sur le fond (une jeune femme en pleine dépression filmée au plus près) que sur la forme (jeu sur la lumière, retranscription des délires paranoïaques de l’héroïne, etc…) pour un résultat un peu déroutant mais témoin d’une véritable qualité cinématographique. Dans un tout autre registre, le Russe Vladimir Kott reçut le prix du public pour les films d’écoles européens pour son court-métrage Dvier (La Porte), pièce burlesque en noir et blanc et sans dialogues où sont dépeints, de manière cocasse et poétique, les différents usages qu’un pauvre hère peut faire d’une porte récupérée sur un chantier.

Mais ces trois courts-métrages n’étaient rien en comparaison du choc que fut pour nous la vision de Les Etrangers, récipiendaire du Grand Prix du Jury pour les films d’écoles européens. Sortant de la FEMIS, Eskil Vogt, d’origine norvégienne, réussit, en effet, un film remarquable où brillent Yan Goven et Caroline Ducey (filmés par une caméra aimante, toujours plus proche des corps : nuque, dos, chevelure, reins), portés par la musique d’Ola Fløttum (leader des groupes norvégiens Salvatore – formation post-rock – et The White Birch – slowcore – mais aussi musicien en solo sous le nom de Portrait of David). Travaillant sur la mémoire par l’entremise de boucles filmiques et de flashes-backs se « remplissant » au fur et à mesure des souvenirs, le cinéaste s’attaque aussi à la crise du couple et la méconnaissance de l’autre. Le montage fragmenté et les ruptures incessantes du continuum dramatique (un jeune homme s’interroge, avec le père de sa compagne, sur les raisons du départ précipité et inexpliqué de celle-ci) relèvent, en outre, le défi de ne jamais gêner un film qui mêle de façon subtile profondeur et grâce.

Après cette indéniable réussite, les longs-métrages se devaient d’être un niveau assez haut pour tenir la comparaison. Prix du public, L’Enfant endormi de Yasmine Kassari intéresse par son sujet peu habituel (une jeune femme marocaine fait, par sorcellerie, « endormir » son fœtus de trois mois en attendant que son mari ne revienne d’Espagne où il est parti gagner sa vie) et se trouve servi par des comédiennes convaincantes mais, platement filmé et aux ressorts dramatiques attendus, il nous toucha peu.

Le Cauchemar de Darwin, documentaire de l’Autrichien Hubert Sauper reçut le Grand Prix du Jury pour son évocation du lac Victoria, en Tanzanie : un gros poisson prédateur y a été implanté, il dévore toute la population animale du lac mais est fort prisé par les pays occidentaux qui envoient des avions cargos énormes en chercher les filets ; pendant ce temps-là, la misère règne autour du lac, les enfants sautent sur les mines anti-personnelles, les filles se prostituent et les hommes s’achètent des armes. Évidemment intéressant, ce documentaire, comme bien souvent, se veut plus marquant par le sujet traité que par la manière dont il le traite et permet, une fois encore, de s’interroger sur la nécessité à faire concourir dans la même catégorie (et donc à entraîner des comparaisons) films de fiction et documentaires.

Dates de sortie :
- Le Cauchemar de Darwin : 2 mars 2005
- L’Enfant endormi : 28 décembre 2005

François Bousquet
le 06/02/2005

À lire également

du 16/01/2009 au 25/01/2009
Festival Premiers Plans
(Forum des Images)
du 21/01/2011 au 30/01/2011
Festival Premiers Plans
(Forum des Images)
du 17/01/2003 au 26/01/2003
Festival Némo 2003 - (...)
(Forum des Images)
du 20/01/2012 au 29/01/2012
Festival Premiers Plans
(Forum des Images)