Xavier Dubois & Noir

s/t

(FF HHH)

 date de sortie

00/12/2008

 genre

Rock

 style

Ambient / Expérimental / Improvisation

 appréciation

 écouter

Piste 1 (extrait MP3)

 tags

Ambient / Expérimental / FF HHH / Improvisation / Noir / Xavier Dubois

 liens

Xavier Dubois
FF HHH
Noir

 autres disques récents
øjeRum
He Remembers There Were Gardens
(KrysaliSound)
Ocoeur
Inner
(n5MD)
Arve Henriksen
The Height Of The Reeds
(Rune Grammofon)
Pausal
Volume Flow
(hibernate)

Après l’album Ostium dont on parlait il y a deux semaines, voici la deuxième production concernant Xavier Dubois, cette fois en compagnie du groupe Noir, une formation belge composant une musique d’ambiance, plutôt sombres comme le suggère leur nom, à base de sessions d’improvisations. Comme la plupart des productions FF HHH, cet album se trouve au format CD-R, édité à 50 exemplaires.

Album sans titre donc, de courte durée puisque composé de deux longs morceaux, également sans titres, de 10 et 15mn. A l’écoute des premières secondes, on a l’impression d’avoir déjà entendu ça de nombreuses fois, mais plutôt en concert que sur disque. On imagine très bien la session d’enregistrement, largement improvisée, chaque musicien ajoutant sa petite pierre à l’édifice sonique. On retrouve Xavier Dubois à la guitare bien entendu, tandis que Noir se compose de Giels Bils à la guitare électrique et percussion, Tim Marsoul aux synthés et bruits, et Pol Vanlaer aux percussions. Le quatuor échafaude alors un dense magma sonore au sein duquel on a l’impression d’entendre un mini ventilateur qui vient frotter les cordes d’une guitare, des résonances métalliques, des grondements sourds comme s’il s’agissait de field recordings traités, des ronronnements graves et de nombreux croisement de guitares grinçantes. Au fond, des martèlements sourds confèrent à l’ensemble une petite teinte industrielle, ajoutant encore à la pesanteur de la pièce.
La deuxième pièce nous apparaîtra dans un premier temps plus fine avec des micros bruitages posés sur des entrelacs de souffles et drones, le tout étant ponctué de coups métalliques sourds. Le son devient ensuite plus organique, largement envahi de crépitements, gargouillis, puis on retrouve cette dimension industrielle via d’importants coups qui semblent donnés sur des plaques et tiges métalliques. Et puis le calme revient, le bruitisme pur laissant la place à une lourde texture grésillante et finalement légèrement aquatique, les crépitements font penser à la pluie qui tombe, le son devient granuleux, rocailleux, minéral, avant qu’une certaine poésie ne semble faire son apparition, une sorte de nappe, douce et mélodique, donnant l’impression de sortir du tunnel, enfin !

Si le terme ambient n’est pas forcément le plus approprié, cet album reste relativement calme, mais sa noirceur et sa forme, largement basé sur l’improvisation le réserve à un public averti.

Fabrice ALLARD
le 22/08/2009

À lire également

Demetan Meslier
Propriétaire
(FF HHH)
Xavier Dubois
Ostium
(FF HHH)
Martiensgohome & Aymeric De Tapol
Plays Lost Foxes
(FF HHH)