Raphaël Zarka : Double paysage, tempête électrique

 date

du 24/09/2009 au 07/11/2009

 salle

Galerie Édouard Manet,
Gennevilliers

 appréciation
 tags

Galerie Édouard Manet / Julien Prévieux / Raphaël Zarka / Robert Morris / Tacita Dean

 dans la même rubrique
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 21/04/2017 au 25/06/2017
Nina Canell : Dolphin Dandelion
(Crédac)
du 03/02/2017 au 08/05/2017
Emmanuel Saulnier : Black Dancing
(Palais de Tokyo)
du 28/03/2017 au 06/05/2017
Rien ne nous appartient : Offrir
(Fondation d’entreprise Ricard)

Un an tout juste après avoir obtenu le Prix Fondation d’Entreprise Ricard (et sans qu’il ne fasse établir aucun lien de corrélation), Raphaël Zarka se voit accueillir par la Galerie Édouard Manet de Gennevilliers pour son exposition de rentrée. Pour ce qui semble être une monographie, l’artiste montpelliérain est parti de la découverte d’une forme géométrique aussi étrange qu’intrigante : le rhombicuboctaèdre, sorte de sphère composée de surfaces plates (huit triangulaires et dix-huit carrées).

JPEG - 34.1 ko
Raphaël Zarka - Préfiguration de la Collection des Rhombis
(courtesy Galerie Michel Rein)

Alors qu’on pourrait croire qu’il s’agit là d’un concept créé par Raphaël Zarka, cette structure n’est en fait que l’activation artistique d’une forme, certes particulière, mais précédant l’artiste. En effet, on la retrouve aussi bien sous forme de volumes en béton au bord de routes françaises (c’est d’ailleurs comme ca qu’elle est venue à la connaissance du plasticien), de petits objets trouvés par l’artiste à la Galerie Édouard Manet (Préfiguration de la collection des rhombis) que d’une bibliothèque. C’est d’ailleurs l’objet du film Rhombus Sectus qui occupe toute la première salle de l’espace d’exposition : Zarka étant parti à Minsk filmer cette pièce architecturale qui abrite donc la bibliothèque nationale de Biélorussie.

JPEG - 14.3 ko
Tacita Dean - Bubble House
(courtesy Galerie Marian Goodman)

Afin de décrypter cette fascination mi-artistique mi-scientifique envers des formes qu’il appelle affectueusement « rhombis », le jeune créateur entreprend de les confronter à des œuvres d’autres plasticiens venant de sa propre collection et travaillant des thématiques approchantes. On trouve alors des résonances de ces rhombis dans l’habitation au schéma inhabituel de Tacita Dean (Bubble House), le jeu sur l’optique et la géométrie de Julien Prévieux (Sanity, Madness And The Family), les alvéoles dessinées de Christian Ward et le minimalisme de la construction de la gravure de Robert Morris (In The Realm of the Carceral).

- L’école municipale des beaux-arts de Châteauroux, co-producteur du projet, montrera le film Rhombus Sectus dans le cadre d’une exposition personnelle consacrée à Raphaël Zarka fin 2009.

François Bousquet
le 01/11/2009

À lire également

du 4/2/2009 au 29/3/2009
Le Travail de Rivière
(Crédac)
du 18/09/2013 au 31/10/2013
.doc
(Galerie Édouard Manet)
du 23/09/2015 au 01/02/2016
Julien Prévieux : Des (...)
(Centre Pompidou, Espace)
du 07/12/2013 au 12/01/2014
Par les Temps qui courent
(LiFE)