Simon Scott

Navigare

(Miasmah / Import)

 date de sortie

12/10/2009

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Miasmah / Simon Scott / Televise

 liens

Miasmah
Televise
Simon Scott

 autres disques récents
Russ Young
Pala (EP)
(Audiobulb)
The Star Pillow
Music For Sad Headbangers
(Midira Records)
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)

Après sa participation à Slowdive et ses disques avec Televise, Simon Scott a choisi de se lancer dans une carrière solo sous son propre nom. Ses pages ont rendu compte, il y a quelques semaines, de son concert aux Instants Chavirés qui préfigurait ce premier album, paraissant chez Miasmah qui, sans quitter la veine ambient développée par tous les artistes signés sur le label norvégien, opte pour quelque chose de moins sombre qu’à l’accoutumée.

De fait, comme on le relevait pour les enregistrements de Televise ou la relation de son concert, l’utilisation de la guitare réverbérée permet d’échapper à une certaine noirceur en incorporant un instrument à même de percer l’agrégat de sons préalablement constitué. Mais l’Anglais ne se limite à faire perler quelques notes délicates, il sait aussi doter son instrument d’une saturation à l’héritage shoegaze qui dialogue habilement avec les rythmiques produites par sa propre batterie (Flood Inn, Ashma). Cette dernière peut également se trouver au centre d’un morceau, futs et cymbales étant frappés de manière aléatoire, renforçant l’aspect évocateur des compositions de Simon Scott (Derelict Days, The ACC).

Cédant à ce qui semble être une forme d’obligation contractuelle, le Britannique convie deux jeunes femmes au chant, pour un morceau chacune : Martha Mae et Moskitoo (cette Japonaise croisée sur 12k). Fort heureusement, les demoiselles demeurent en retrait, à la différence de deux autres invités (Dag Rosenqvist alias Jasper TX et Rafael Anton Irisarri). Les deux titres sur lesquels ils interviennent étant tirés, le premier, vers une ambient plus dépouillée (The Old Jug And Drum et le second vers un travail en flux et reflux (Spring Stars) ; bref, rien que de très normal quand on connaît les productions de l’un et de l’autre. Ouvert aux propositions extérieures mais solide sur ses propres fondamentaux, Simon Scott livre ici un album tout à fait intéressant.

François Bousquet
le 16/11/2009

À lire également

Marcus Fischer & Simon Scott
Shape Memory
(12k)
Gareth Davis & Frances-Marie Uitti
Gramercy
(Miasmah)
Encre
Plexus II
(Miasmah)
Jacaszek
Treny
(Miasmah)