Guillaume Janot : Ecostream

 date

du 18/11/209 au 19/12/2009

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Fondation d’entreprise Ricard / Guillaume Janot

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Avec sa série de photographies Ecostream, Guillaume Janot souhaite s’attacher à des reconstitutions d’environnements ou lieux comme on peut en voir dans certains parcs d’attraction (notamment au World Park de Pékin, qui avait servi de support au film The World de Jia Zhang Ke). Distance critique et travail sur la représentation des clichés constituent donc les fondements de l’approche de l’artiste français au cours de cette monographie que lui consacre la Fondation d’entreprise Ricard.

Au-delà des photographies d’emblèmes artificiellement réactivés (Tour Eiffel, château de Bavière, muraille de Chine, vieille bâtisse, mais aussi animaux en captivité dans le zoo de Vincennes), deux suites de grandes images murales occupent le mur du fond de l’espace d’exposition. Disposées les unes à côté des autres sans encadrement, ni séparation et occupant toute la hauteur des murs, ces photographies de plantations semblent ne faire qu’une, alors qu’elles ont été prises dans les jardins botaniques de Pékin et Sidney et à Disneyland Paris. Le brouillage des repères qui s’ensuit est assez saisissant et convaincant mais, à bien y réfléchir, l’ensemble ne nous paraît pas dépasser le stade décoratif, proche d’un papier peint luxuriant.

JPEG - 35.5 ko
Vue de l’exposition

Retournant vers les images évoquées en premier, on remarque que toute contextualisation s’avère impossible, en l’absence de textes, d’inscriptions ou d’êtres humains sur la très grande majorité d’entre elles. Plutôt réussi sous cet aspect, le travail de Guillaume Janot donne le sentiment que chaque cliché aurait pu être pris à n’importe quel endroit de la planète, pourvu que le sujet y ait été reconstitué. Cependant, l’accumulation et l’accrochage bien aligné des photographies dans des cadres blancs immaculés viennent contrebalancer cette impression et laisser un sentiment d’uniformité qui, certes, sert le propos de l’artiste mais le lisse aussi en définitive.

- Une version différente de l’exposition sera présentée au FRAC des Pays de la Loire (Carquefou) du 15 janvier au 7 mars 2010

François Bousquet
le 11/12/2009

À lire également

du 27/1/2009 au 28/2/2009
Pragmatismus & (...)
(Fondation d’entreprise)
du 24/03/2015 au 09/05/2015
Le lynx ne connaît pas de
(Fondation d’entreprise)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise)
du 08/04/2010 au 12/05/2010
Ariane Michel : Paléorama
(Fondation d’entreprise)