Lightning Dust / Winter Family

 date du concert

12/12/2009

 salle

Maroquinerie,
Paris

 tags

Lightning Dust / Maroquinerie / Winter Family

 liens

Winter Family
Maroquinerie
Lightning Dust

 dans la même rubrique
05/09/2014
This Will Destroy You / Lymbyc Systym
(Petit Bain)
09/08/2014
Earth / Oiseaux-Tempête
(Point Ephémère)
14/06/2014
Humanist S.K Festival : Hakobune / Saåad
(Studios Campus)
13/06/2014
Ben Frost / Dscrd
(La Machine du Moulin Rouge)

Alors qu’on les voyait régulièrement en concert, cela faisait un an et demi que l’on n’avait pas vu Winter Family, un délai raisonnable pour laisser au duo le temps d’avancer et pour nous de ne pas nous lasser. Par contre on ne connaissait pas le groupe qui était en tête d’affiche, mais une rapide écoute de quelques titres finit de nous convaincre que le déplacement vaudrait le coup.

C’est donc le duo franco-israélien Winter Family qui ouvre la soirée. Si la configuration de Xavier ne change pas (orgue, harmonium), on remarque que Ruth fait de plus en plus appel aux percussions, avec tambours et cymbales autour d’elle alors que la première fois qu’on les voyait en concert elle était statique, assise sur sa chaise et ajoutant quelques tintements de clochettes sur des pièces minimales. Une suite logique à un procédé déjà initié lors de leur concert au Café de la Danse en première partie des Legendary Pink Dots.
Malheureusement, on a tendance à moins accrocher à cette nouvelle formule avec un piano cruellement manquant, remplacé par les orgues aux sons plus doux, feutrés, faisant perdre un peu de force à certaines pièces. Les contrastes entre douce poésie et violence sont maintenant créés par de brusques coups de cymbale, des roulements de tambour pour suggérer une certaine tension. Sinon on retrouve la plupart des éléments de cette formation : mi-chanté, mi-spoken word, alternance d’anglais et d’hébreux, et la voix toujours envoutante de Ruth Rosenthal, profonde quand elle descend dans les graves. Le duo jouera une petite heure en alternant entre douceurs au tempo hypnotisant, explosions sonores et perles de légèreté, mais on sortira de ce concert un peu déçu. Très plaisant, mais sans la petite étincelle qui pourrait rendre la chose magique.

Découverte donc ensuite avec Lightning Dust. Il s’agit d’un quatuor mené par Amber Webber (guitare et chant) et Joshua Wells (clavier), tout deux membres du groupe psyché-rock Black Mountain. Ils sont ici accompagnés d’une bassiste et d’un batteur et jouent dans un registre plutôt pop-folk. Le concert débute tout juste quand on entre dans la salle, le public est assis et écoute religieusement une musique calme et fragile. Pour nous, la formule repose énormément sur les deux membres fondateurs avec d’une part des claviers mêlant sonorités rétro et envolées tournoyantes, et d’autre part la voix d’Amber Webber au vibrato déconcertant. Ce dernier y est certainement pour beaucoup dans la fragilité que dégage leurs chansons.
Des ballades folk, des guitares blues, des roulements de tambours imperturbables, des envolées un peu plus pock-rock qui sonnent du coup un peu plus classique. Le groupe navigue entre la lumière et la pénombre jusqu’à Never Seen et son final envoutant où clavier et rythmique forment un duo implacable, laissant s’envoler la voix d’Amber Webber. Bizarrement le public semble un peu moins nombreux que pour Winter Family, mais ce sont apparemment les fans qui ont fait le déplacement, écoutant dans un silence absolu, saluant avec enthousiasme chaque intervention du duo entre les chansons, certains chantant même tout bas les paroles. Si l’on devait s’aventurer à comparer ce set avec quelque chose de connu, on citerait Tarnation : une Voix, des alternances folk pop parfois teintées de blues, quelques élans plus rock aussi sur la fin du set où l’on accrochera moins.
Au bout de 45mn environ le groupe quitte la scène et ne tarde à revenir, les applaudissements étant particulièrement nourris. Ils nous offriront deux autres titres et jusqu’au bout on se dira qu’un deuxième rappel est possible mais les lumières se rallument. Ce fut déjà beau, et on passa au stand afin d’acheter leur deux albums parus à ce jour chez JagJaguwar.

Fabrice Allard
le 14/12/2009

À lire également

20/12/2007
Winter Family / Legendary
(Café de la Danse)
28/05/2006
Dérapages #1 : Sylvain
(Café de la Danse)
Winter Family
Red Sugar
(Sub Rosa)
14/09/2007
Winter Family
(Crypte du Rosaire - (...))