EntreVues – Festival International du Film de Belfort 2009 – Reprise du Palmarès

 date

du 28/11/2009 au 06/12/2009

 salle

Nouveau Latina,
Paris

 tags

Nouveau Latina

 liens

Nouveau Latina

 dans la même rubrique
du 26/05/2016 au 05/06/2016
Quinzaine des Réalisateurs 2016 - Reprise de la sélection
(Forum des Images)
du 22/01/2016 au 31/01/2016
Festival Premiers Plans d’Angers 2016 - Reprise du Palmarès
(Forum des Images)
du 28/11/2015 au 06/12/2015
EntreVues - Festival International du Film de Belfort 2015 - (...)
(Cinémathèque Française)
du 22/11/2014 au 30/11/2014
EntreVues - Festival International du Film de Belfort 2014 - (...)
(Luminor Hôtel de Ville)

Manifestation à la programmation souvent fort pertinente, EntreVues rejoint cette année la liste des festivals de films d’auteur dont le palmarès est repris à Paris. Au reste, comme pour les Rencontres d’Amérique Latine de Toulouse, c’est au Nouveau Latina que fut planifiée une soirée constituée de deux courts-métrages et de deux longs, qui n’ont pas encore, à ce jour, trouvé de distributeur.

Grand Prix du court-métrage documentaire, Destination Finale est tourné à partir de vieux films des années 1960 remontés par l’Allemand Philip Widmann. On y voit un homme d’origine asiatique parcourir les plus grands sites touristiques de la planète : de la Tour Eiffel à Buckingham Palace, de l’Acropole à l’Arc de Triomphe et de 10 Downing Street à la statue du Christ Rédempteur au sommet du Corcovado. Toujours vêtu du même costume sombre et de la même chemise blanche, le personnage traverse en parfait visiteur ces lieux, faisant naître un certain humour de cette répétition de situations ; jusqu’à ce que l’on découvre sa « destination finale » : Saigon. En vérité, l’homme est vietnamien et son périple s’acheva quelques jours avant le débarquement des troupes états-uniennes.
Pour la catégorie fiction, le jury décerna son Grand Prix à Chanson d’amour et de bonne santé, court-métrage du Portugais João Nicolau centré sur la relation entre un employé d’une petite serrurerie située dans un centre commercial et une étudiante aux Beaux-arts. Bien que convoquant Dan Graham et ses fameuses séries d’installations architecturales Pavilion, le film ne parvient jamais à dépasser la mièvrerie de son propos de départ.

Remarqué par la critique cet été à Locarno, October Country reçut à Belfort le Grand Prix du long-métrage documentaire pour avoir su toucher en relatant une année de la vie de la famille Mosher, habitant une banlieue pauvre de New-York. Dans une forme de tradition du cinéma indé états-unien attaché à la peinture d’une population white trash, tous les malheurs de trois générations nous sont contés : filles-mères, avortement, femmes battues, pédophilie, vol à la tire au Wal-Mart, séjours en prison, etc… À tel point que cette accumulation entraîne le film de Michael Palmieri et Donal Mosher à la limite de la crédibilité, même si on ne peut accuser les réalisateurs (dont l’un est l’un des fils de la famille considérée) de manipulation. De même, obscénité et complaisance sont rejetées grâce à la sincérité des témoignages face caméra et la dureté dont les membres de la famille font preuve envers eux-mêmes. Enfin, cette ambiance plombée est astucieusement soulignée par une bande son composée par les cinéastes aidés de Danny Grody (de Tarentel) à laquelle sont adjoints des morceaux comme #4 de Labradford.

Au rayon des films français, La Vie au Ranch fut doublement distingué (Prix et Prix du public), nouvelle réalisation de Sophie Letourneur, cinéaste préoccupée par les adolescents et jeunes gens depuis ses courts-métrages (on se souvient notamment de Manue Bolonaise). Au départ, le film met en place un dispositif plutôt frais et sympathique avec une plongée immédiate dans un anniversaire, autour d’un groupe d’une demi-douzaine de jeunes filles d’une vingtaine d’années. Mais bien vite, le schéma se répète, de soirées arrosées en matinées difficiles, on sèche la fac, on passe de mec en mec et on rêve de partir à Berlin (parce que, forcément, « Paris, c’est figé »). Bref, les lieux communs et situations convenues s’enfilent comme des perles et les difficultés du monde réel semblent bien loin quand on rentre dans son appartement proche des Halles (tous frais payés par des parents qu’on ne verra jamais), qu’on écoute de la musique sur le dernier iMac et qu’on sort le soir au Baron. Au moins, sur une thématique proche et malgré tous ses défauts, Lisa Azuelos dans LOL faisait montre d’un peu plus de distance vis-à-vis de personnages également moins têtes à claques.

Date de sortie :
- La Vie au Ranch : 13 octobre 2010

François Bousquet
le 19/12/2009

À lire également

du 30/11/2013 au 08/12/2013
EntreVues - Festival (...)
(Nouveau Latina)
du 18/03/2011 au 27/03/2011
Rencontres Cinémas d’Améri
(Nouveau Latina)
du 26/11/2011 au 04/12/2011
EntreVues - Festival (...)
(Nouveau Latina)
du 19/03/2010 au 28/03/2010
Rencontres Cinémas d’Améri
(Nouveau Latina)