V/A

Chronik 1

(Trepok Rec. / Import)

 date de sortie

25/05/2009

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica

 appréciation

 écouter

10 extraits (Flash - microsite)

 tags

Aito Takeshi / Ambient / Bit-Tuner / Eiko / Electronica / Fibra / Giovanni Dal Monte / Kiku / Philippe Petit / Ritornell / Trepok Rec. / Utom Alla / Vitor Joaquim

 liens

Vitor Joaquim
Trepok Rec.
Utom Alla
Eiko
Bit-Tuner
Kiku
Philippe Petit
Aito Takeshi
Ritornell
Fibra
Giovanni Dal Monte

 autres disques récents
Benoit Pioulard
Lignin Poise
(Beacon Sound)
Garaliya
Ventricle Replicant
(Kvitnu)
Wil Bolton
Night Paths
(Hidden Vibes)
Haco
Qoosui
(Someone Good)

Découverte d’un label suisse aujourd’hui avec cette compilation, quatrième référence de Trepok Records, basé à Zurich. Celle-ci joue sur l’ouverture européenne avec une dizaine d’artistes parmi lesquels on trouve des artistes locaux ayant déjà sorti des albums chez Trepok (Bit-Tuner, Aito Takeshi) et quelques artistes largement reconnus comme le Français Philippe Petit et le Portugais Vitor Joaquim. Une compilation éclectique.

On va la faire simple en parcourant la compilation dans l’ordre ce qui nous permettra de n’oublier personne. En fait si à la fin de l’écoute, quelques noms retiendront notre attention, on remarquera tout de même une certaine régularité dans la qualité qui permet de tenir l’ensemble alors que les styles musicaux sont assez variés.
On commence par l’electronica ambient de Utom Alla, douce et sombre, une très belle introduction à l’ambiance un peu mystérieuse, aidée de samples vocaux joués à l’envers. Une qualité qui n’est pas vraiment une surprise de la part du duo suédois, déjà auteur d’un album chez U-Cover CDR Limited. On reste parmi les scandinaves avec Eiko, projet de la norvégienne Joana Aderi. Elle nous propose un titre très éclectique, avec une belle intro sombre et lancinante, puis une rythmique très club et une chanson électro-pop à la voix suave pour finir de manière très sautillante et colorée. On aura du coup un peu de mal à cerner l’univers de la demoiselle, mais les amateurs se tourneront sûrement vers l’album disponible chez Trepok.
Reélle découverte ensuite avec le suisse Bit-Tuner qui nous propose avec Devil’s Dance une electronica aux percussions industrielles, des sonorités joliment travaillées, des notes-nappes lancées de toute part, créant une superbe ambiance faite de douces abstractions. L’album de Bit-Tuner vient tout juste de sortir chez Trepok, on vous en donnera peut-être des nouvelles prochainement. On ne sait rien de Kiku qui est un peu l’OVNI de la compilation de part son parti pris expérimental assez radical au regard des autres artistes : hachage rythmique, amoncellement de bleeps saturés et crissement de machine tout en gardant une composante rythmique à laquelle on a tendance à nous raccrocher. Le genre d’artiste qui gagnerait à être écouter sur un plus long format.
Des noms connus ensuite à mi parcours, puisque l’on retrouve Philippe Petit, Monsieur Bip_Hop, avec un joli mais bien trop court Planet of the Ants, prenant la forme d’un trip psychédélique et cinématographique, délicatement rétro, délicieusement SF. On se consolera avec Vitor Joaquim, un habitué du label Cronica qui nous offre ici un superbe Sunset Boulevard. Travail minutieux sur boucles et micro samples, mélodies concassées et bribes vocales, le tout empilé et mis en boucles. Beauté hypnotique !
On joue ensuite sur l’alternance avec un retour très electronica opéré par Aito Takeshi, artiste suisse comme son nom ne l’indique pas. Rythmiques éclatantes et mélodies lumineuses, sans surprise mais efficace, juste trop court. Juste après, le duo autrichien Ritornell (à ne pas confondre avec le génial label allemand) s’avère être une excellente surprise. Auteur cette année d’un album chez Karaoke Kalk, Richard Eigner et Roman Gerold mêlent nappes flottantes de claviers et délicat frétillements rythmiques. Assurément une formation à suivre.
On passera un peu plus rapidement sur la fin avec Fibra dont le travail semble être largement influencé par le ragga et le breakcore qu’il combine via une approche ludique/cartoon. Giovanni Dal Monte clôture le disque dans un style complètement différent puisque ce sont les guitares qui sont ici à l’honneur, avec un chant façon crooner nonchalant, aux vocaux feutrés.

Malgré l’éclectisme un peu casse gueule, on reconnaîtra que Trepok délivre ici une très belle compilation, il faut le dire particulièrement dans la lignée d’EtherREAL. Ambient, electronica, quelques influences industrielles, un peu de pop, des expérimentations plus complexes bref globalement beaucoup de plaisir et de chouettes découvertes.

Fabrice ALLARD
le 26/12/2009

À lire également

Philippe Petit & Friends
Silk-Screened
(Trace Recordings)
Philippe Petit
Fire-Walking to Wonderland
(Aagoo)
K11 & Philippe Petit
The Haunting Triptych
(Boring Machines)
@c & Vitor Joaquim
de-tour
(Feld Records)