V/A

We All Believe in Utopia

(Inpolysons / Musea)

 date de sortie

15/06/2009

 genre

Electronique

 style

Electro / Pop / Post-Rock / Field Recordings

 appréciation

 écouter

2 MP3 (extraits)

 tags

David Fenech / Dominique Grimaud / Electro / Field Recordings / Gangpol Und Mit / Inpolysons / Jérôme Noetinger / Jean-François Pauvros / Klimperei / La Terre Tremble !!! / Mme Patate / Pascal Ayerbe / Pierre Bastien / Pop / Post-Rock

 liens

David Fenech
Pierre Bastien
Gangpol Und Mit
Inpolysons
Dominique Grimaud
Jean-François Pauvros
Klimperei
Mme Patate
Pascal Ayerbe
La Terre Tremble !!!

 autres disques récents
Svarte Greiner
Apart
(Miasmah)
Dmitry Evgrafov
Comprehension Of Light
(130701)
Nicola Ratti
The Collection
(Room40)
Target Archery
Clock of the Long Now
(Autoproduit)

We All Believe in Utopia, c’est un peu pour le label InPolySons le moyen de fêter ses 20 ans d’existence. Oui, 20 ans que ce label engagé travaille en toute discrétion avec quelques fidèles artistes parmi lesquels on citera notamment Jean-François Pauvros, Dragibus, Pierre Bastien, Klimperei ou encore David Fenech. A l’image de ces artistes, le label couvre divers genres musicaux, toy music, rock engagé, musique mécanique, pataphysique, les uns critiquant notre société contemporaine, les autres la tournant en dérision. Il était donc logique de les retrouver sur une compilation où ils crient tous à leur façon leur croyance en l’utopie.

Les styles musicaux sont donc assez variés, mais la compilation débute par le rock franc et direct de Jean-François Pauvros avec Hutopie, l’occasion pour nous de signaler de réguliers calembours et autres jeux de mots à l’image du Salut Topy de Klimperei qui aligne les "utopie nambour" et autres "utopie nocchio" annonçant tout de suite la couleur. On en profitera pour signaler assez régulièrement des compositions très théâtrales avec spoken word et musiques un peu barrées. David Fenech et Jad Fair nous font ainsi penser à Tim Burton, La Société Des Timides À La Parade Des Oiseaux nous la joue comptine free jazz pour enfants pas sages, puis on tend vers l’abstraction avec Dominique Grimaud et Veronique Vilhet, cette dernière se lançant dans d’étonnantes improvisations vocales, faites d’onomatopées et chuintements. On en profite pour aborder les expérimentations les plus extrêmes, que l’on ne s’attendait pas à trouver sur cette compilation d’ailleurs, comme les collages abstraits, micro-bruitisme et silences de Jérôme Noetinger, ou le particulièrement imagé Les Monstres de Franck Collot qui nous propose un field recording de benne à ordures ménagères, broyant tout ce qu’elle trouve sur son passage.
Après ces expérimentations on revient à des compositions un peu plus classiques avec les flûtes et orgues mécaniques de Frédéric Le Junter et Pierre Bastien, l’électro nerveuse, saturée et agitée de Alain De Filippis puis les complexes et superbes échafaudages instrumentaux de Palo Alto. On se rapproche petit à petit d’un esprit pop-rock avec La Terre Tremble !!! et ses chants fredonnés puis les ukulélectroniqueries de Gangpol und Mit qui clôturent l’album comme un générique d’émission pour enfant, coloré, léger et sautillant. On aura tendance à placer le Japonais Itoken dans un registre similaire, façon fanfare de clown, tout comme Rocket Matsu qui nous propose un Floater joliment équilibré avec un tempo assez soutenu mais de géniales mélodies, douces, laissant poindre une certaine nostalgie. Même efficacité, même esprit et même réussite pour Pascal Ayerbe et son Os Court façon fête foraine extra-terrestre, mettant sur un pied d’égalité guitare électrique, accordéon, theremin et jouets sonores.
On vous a mis de côté une petite perle et aussi bizarre que cela puisse paraitre, elle s’appelle Mme Patate. Fragile mélodie de guitare, glissement de cordes, pendant qu’elle semble fredonner et manipuler de petits objets qui viennent habiller son STPL (With Love).

Vous l’aurez compris, We All Believe in Utopia est une compilation qui ne veut pas se prendre au sérieux avec des artistes qui s’attachent à rester dans cet esprit. Aucun doute, après des semaines de musique minimaliste déprimante, ce disque bariolé va vous mettre le sourire au lèvres au point qu’il sera difficile de s’en défaire. Chouettes découvertes et gros coup de cœur !

Fabrice ALLARD
le 19/01/2010

À lire également

12/01/2006
Festival Octopus 2006 :
(Centre Pompidou)
24/06/2006
Kishino You-Ichi / (...)
(Point Ephémère)
Noetinger / Doneda / eRikm
Dos d’ânes
(Ronda)
29/09/2003
Zbigniew Karkowski / (...)
(Instants Chavirés)