Mats Gustafsson - Peter Brotzmann - Ken Vandermark - Ikue Mori - Axel Dorner - Christ

 date du concert

10/10/2002

 salle

Konstmuseum,
Ystad

 tags

Alan Licht / Axel Dörner / Christian Marclay / Festival Look At The Music 2002 / Ikue Mori / Ken Vandermark / Konstmuseum / Mats Gustafsson / Peter Brotzmann

 liens

Axel Dörner
Ikue Mori
Alan Licht
Ken Vandermark
Christian Marclay

 dans la même rubrique
14/11/2017
Thomas Tilly / BJ Nilsen
(Instants Chavirés)
13/11/2017
Christian Wallumrød Ensemble
(Dynamo)
09/11/2017
Matt Elliott
(Médiathèque Musicale de Paris)

Look At The Music est un festival biennal qui rassemble plusieurs lieux culturels de la Scanie (région du sud de la Suède) et du Danemark. Il est consacré aux musiques improvisées, est suivi du festival SeeSound qui fait la part belle aux musiques électroniques (avec des conférences et des concerts de Oval, FX Randomiz, Andreas Tilliander ou Pole), l’ensemble de ces manifestations n’étant qu’une partie d’une vague d’actions culturelles dénommée Kulturbro2002.
La première édition en 2000 avait accueilli le groupe Sonic Youth pour des échanges avec des musiciens comme Jim O’Rourke ou le saxophoniste phare de la scène suédoise, Mats Gustafsson. Ces mêmes musiciens sont à nouveau revenus cette année pendant le premier week-end du festival, pour jouer avec Yoshimi des Boredoms ou Sons of God, le groupe de Leiff Elggren, un des artistes suédois majeurs de ces dernières décennies.
Pour le deuxième week-end (le festival dure 14 jours !), le local de l’étape Mats Gustafsson reste, et vont venir jouer avec lui Christian Marclay, Ikue Mori, Ken Vandermark, Keith Rowe ou encore Peter Brotzmann. C’est pour voir les 3 concerts de ce dernier que nous avons fait le déplacement à Ystad.

Le concert de ce soir est encadré par Peter Brotzmann et Ken Vandermark, qui vont choisir les collaborations de la soirée. La première rencontre est Peter Brotzmann à la clarinette, Axel Dorner à la trompette et Ikue Mori derrière son ordinateur. Dorner livre ses chuintements qu’il retravaille avec un ordinateur, écouté attentivement pendant un long moment par Peter Brotzmann, qui, après avoir bien compris la structure de la musique du trompettiste, entame sa partie de clarinette, dans un registre doux.
Ensuite c’est le duo Ken Vandermark - Alan Licht qui prend place, avec la grosse voix du saxophone ténor de Vandermark pour mener la danse. A ces long souffles puissants font échos les attaques rageuses au tournevis d’Alan Licht sur sa guitare, au son distordu par les multiples pédales d’effets. Le résultat est une musique déconstruite et pleine de force.
Alan Licht reste, et est rejoint par Christian Marclay derrière ses platines et Mats Gustafsson assis, son saxophone debout devant lui, sur lequel il fait crisser une baguette métallique ou un archet. Marclay pose d’abord des échantillons de voix sur les grincements des deux autres, mais au fur et à mesure qu’ils produisent des sonorités plus aisément identifiables (un soufflement pour Gustafsson, un pincement de corde pour Licht), le platiniste va aller vers des sons plus abstraits, qui surviennent par surprise. Il ne se tient pas face à ses platines, mais de côté, le pied posé sur une pédale de volume.

Après une pause qui est l’occasion de voir les peintures de Peter Brotzmann exposées dans les salles attenantes, Christian Marclay revient pour un duo avec Axel Dorner. C’est une succession de bruits et grondements, qui s’organisent progressivement pour former des structures rythmiques, avant que l’ordre patiemment établi ne s’effondre à nouveau. Dorner utilise surtout son ordinateur, pour en tirer des sonorités de trompette distendues, passées à l’envers.

Puis Alan Licht effectue un solo de guitare, sans guitare, avec juste le jack dans la main, les pédales et l’ampli... Malgré l’économie de moyens, il réussit à produire un rock noisy excellent. Cette performance réussit à mêler humour et réussite sonore, et déclenche une salve d’applaudissements allègres.

Ikue Mori et Ken Vandermark enchaînent. Ikue Mori produit des sons liquides et pleins, s’inspirant de bruits concrets, très différents des sons de parasites ou d’erreurs auxquels nous ont habitués une majorité des musiciens sur laptop. Elle construit ainsi des nappes de sons doux, cloches comme accélérées... Ken Vandermark l’accompagne à la clarinette, usant de chuintements, clappements, pour se diriger ensuite vers le son rond que produit cet instrument, cassant les rythmes. Se faisant, il rejoint les mêmes sons organiques que Ikue Mori.

Le power-trio d’anches Vandermark - Brotzmann - Gustafsson vient clore la soirée. Ils commencent par une formation composée d’un saxophone alto (Vandermark), d’un saxophones ténor (Gustafsson) et d’un saxophone baryton (Brotzmann). Ils utilisent au maximum leurs instruments, de façon conventionnelle, ou bien en forçant sur les sons et le volume. Le tout est très vif, le rythme est martelé par Brotzmann comme s’il utilisait une corne de brume.
Dans un deuxième morceau, ils se dirigent cette fois vers un registre plus aigu, échangeant le saxophone contre la clarinette. Il y a plus de mélodie, que Gustafsson vient perturber des sons stridents de sa clarinette piccolo.

Bertrand Le Saux, Soizig Le Calvez
le 04/12/2002

À lire également

12/10/2002
Kevin Drumm - Mats (...)
(Konstmuseum)
07/06/2005
Sachiko M / Xavier (...)
(Instants Chavirés)
01/11/2011
Œuvres Vives #7 : Alan
(Batofar)
01/08/2003
Festival Fruits de (...)
(Colline de Didier)