La Menzogna

 auteur

Pippo Delbono

 metteur en scène

Pippo Delbono

 date

du 20/01/2010 au 06/02/2010

 salle

Théâtre du Rond-Point,
Paris

 appréciation
 tags

Pippo Delbono / Théâtre du Rond-Point

 liens

Théâtre du Rond-Point

 dans la même rubrique
du 07/12/2016 au 11/12/2016
Hikikomori – Le Refuge
(Grande Halle de la Villette)
du 05/11/2016 au 26/11/2016
La Nuit des Taupes
(Théâtre des Amandiers)
du 15/09/2016 au 08/10/2016
Il faut beaucoup aimer les Hommes
(Théâtre Ouvert)
du 21/09/2016 au 08/10/2016
Nobody
(Théâtre Monfort)

Créé à la suite d’un incendie ayant conduit sept ouvriers de l’usine ThyssenKrupp de Turin à la mort, La Menzogna avait été présentée à Avignon l’été dernier avant de partir pour une large tournée. Ce « mensonge » que le titre convoque est celui véhiculé par la manière dont il a été rendu compte de cet accident industriel, de ces éternels reportages télévisés sur la tristesse des familles programmés entre deux plages de publicité et, plus généralement, de toute la série de mensonges que Pippo Delbono détecte dans la société italienne contemporaine.

Cependant, ce qu’on voit sur le plateau, c’est plutôt une sorte de vieux théâtre avant-gardiste, recensant tous les stéréotypes du genre. Un créateur mégalomane tout en noir (costume, chaussures, gants, lunettes, cravate, chemise) qui passe de la salle à la scène, des acteurs fréquemment dénudés, une petite charge anti-cléricale à un moment, dix bonnes minutes sans aucun son au début du spectacle (pendant que les comédiens figurent des ouvriers revêtant leurs uniformes de travail), un langage parfois vert, des acteurs qui crient, une représentation animalisée de l’homme aliéné par la société industrielle, une récurrente prise à partie du public, une musique classique (Wagner et Stravinsky) assourdissante, quelques lignes de théâtre classique insérées (une tirade de la Juliette shakespearienne), une confrontation sur-symbolisante entre la nudité des comédiens et la sophistication des machines industrielles, etc…

Pris dans ce tourbillon, on se raccrocha à quelques beaux moments (notamment la fin du spectacle où intervient Bobò, ce sourd-muet microcéphale, compagnon de jeu de Delbono depuis quinze ans, tandis qu’une chanson de Juliette Gréco berce l’ensemble) mais, là aussi, le sentiment que l’Italien a déjà présenté très souvent de tels tableaux prédomine.

Autres dates :
- 9 et 10 février 2010 : Scène Nationale de Bayonne et du Sud Aquitain
- 13 février 2010 : Théâtre Sortie Ouest - Béziers
- du 2 au 14 mars 2010 : Teatro di Catania
- du 31 mars au 2 avril 2010 : Théâtre de la Place - Liège
- 7 et 8 avril 2010 : La Comédie de Caen
- du 4 au 7 mai 2010 : TNT - Toulouse
- 12 et 13 mai 2010 : Centre Culturel de Belem - Lisbonne
- du 26 au 29 mai 2010 : Théâtre National de Bretagne - Rennes
- 20 et 21 octobre 2010 : Maison de la Culture d’Amiens

François Bousquet
le 26/01/2010

À lire également

du 17/03/2009 au 11/04/2009
Le Pulle
(Théâtre du Rond-Point)
du 28/04/2011 au 22/05/2011
Le Chien, la Nuit et (...)
(Théâtre du Rond-Point)
du 20/03/2013 au 28/04/2013
Cri et Ga cherchent (...)
(Théâtre du Rond-Point)
du 04/03/2015 au 08/03/2015
Daisy
(Théâtre du Rond-Point)