V/A

Instinct

(Entropy Records)

 date de sortie

22/10/2009

 genre

Electronique

 style

Ambient / Dub / Electronica

 appréciation

 écouter

11 extraits (Soundcloud)

 tags

Ambient / BOB T.racKer / Dub / Electronica / Entropy Records / Lipo / Relapxych.0 / Silent Flowers Observer / The Spaced Goats

 liens

Silent Flowers Observer
Lipo
Entropy Records
BOB T.racKer
The Spaced Goats
Relapxych.0

 autres disques récents
Spirit Fest
Anohito
(Morr Music)
øjeRum
He Remembers There Were Gardens
(KrysaliSound)
Ocoeur
Inner
(n5MD)
Arve Henriksen
The Height Of The Reeds
(Rune Grammofon)

Entropy Records est encore un nouveau label, à croire que certains n’ont pas entendu parler de la crise du disque. Au moins ce genre d’initiative fait montre d’une excellente santé créative, et d’un besoin encore réel de présenter sa musique dans un écrin physique. Cette toute jeune structure parisienne est menée par David Ya qui a sélectionné les 11 titres qui composent cette compilation, première sortie du label.

Le CD se présente dans un digipack classique, édité à 500 exemplaires, les 100 premiers bénéficiant de petits cadeaux plutôt sympathiques. On devine derrière cette structure un véritable réseau tel qu’il s’en crée de nos jours via internet, un groupe de passionnée œuvrant dans des registres proches. À l’ouverture du livret, on a un peu l’impression de remonter 15 ans en arrière en lisant les noms des artistes. Le genre de chose que l’on pouvait voir sur des compilations techno-trance, où l’on a parfois du mal à différencier le nom de l’artiste du titre du morceau, avec des pseudos plus ésotériques les uns que les autres, généralement ultra référencés science-fiction. Il y a là une certaine logique, puisque si l’on pouvait croire qu’il s’agissait ici de jeunes ados passant leurs nuits dans leur home-studio, on se rend rapidement compte qu’il s’agit au contraire de trentenaires (voire plus) marqués par les scènes industrielles, techno, trance et goa des années 80-90.
On ne pourra malheureusement pas détailler le parcours de chacun dans le cadre de cette chronique, mais nous allons toutefois aborder les 9 artistes ici présents. Commençons par le seul non francophone puisque c’est le suédois Anders Peterson qui ouvre la compilation avec deux titres sous deux pseudos différents. Avec Nexus Sector A/D il nous propose une ambient chaleureuse dont les sonorités ne sont pas sans évoquer Biosphere, mais avec de nombreuses cassures qui viennent rompre l’apparente quiétude. Il se fait bien plus convainquant, plus fin, plus subtil en tant que Relapxyph.0 et son envoutant City Nightlights de près de 14mn ! Avec Lo ce sont les amateurs de Pole qui vont être ravi puisque comme l’Allemand, Laurent Docq joue des basses rebondies et crépitantes sur Lava Flow.
Si les compilations ne permettent généralement pas d’avoir une idée suffisamment juste du travail d’un artiste, on est plutôt emballé par les deux titres de Lipo, avec un Deus Ex Vagina mêlant nappes éthérées, basses ronronnantes et voix pressées, et un travail particulièrement soigné sur les sonorités de Relax and Swing aux micros percussions de bois. On aborde ensuite quelques pièces plus expérimentales avec The Spaced Goats et un titre très narratif, notes éparses, souffles et texte murmuré, et Aum Guy qui semble nous transporter dans une forêt hostile, habitée, survolée par des hélicoptères. Toujours très imagé, le Life for Anything de BOB T.racker utilise des field recordings d’enfants qui semblent jouer en bord de mer, cris, clapotis, la bande son de souvenirs anciens qui refont surface.
On terminera avec Art ?NO ! dont le travail sur les samples vocaux etnographiques ne sont pas sans nous rappeler le Zoolook de Jean-Michel Jarre, puis Silent Flowers Observer qui restera notre chouchou de la compilation. On partira à la recherche d’autres compositions de Jérémy Duchamps afin de nous conforter dans cette bonne impression, mais peu de chose à se mettre sous la dent. Un joli morceau sur son MySpace, revendiquant les influences de Woob, Gas, Boards of Canada ou Future Sound of London, on ne demande qu’à en écouter un peu plus !
Akira Club a la lourde tâche de conclure cette volumineuse compilation (11 titres mais 77mn !), nous emmenant en bateau (clapotis de l’eau, craquement du bois) et adoptant un ton plus lumineux, plus léger qui permet de terminer sur une note plus positive mais qui tranche malheureusement un peu trop avec l’esprit de la compilation.

L’impression générale est très bonne pour cette compilation ambient, tendance dark, faisant la part belle aux sonorités synthétiques et vintage, une ambient finalement douce et chaleureuse.

Fabrice ALLARD
le 23/02/2010

À lire également

Dmitriy Rodionov Experience
1+1=1 (Part I & Part II)
(Entropy Records)
Beatsystem
The Sound Of Two Eskimos Kissing
(Entropy Records)
David Ya
The Time Is Stretching
(Entropy Records)
BOB T.racKer
The Horns
(Entropy Records)