Beneva vs. Clark Nova

Dramadadatic

(Fenêtre Records, How is Annie Records / Import)

 date de sortie

02/11/2009

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Beneva vs. Clark Nova / Benjamin Finger / Electronica / Fenêtre Records / How is Annie Records

 liens

Fenêtre Records
How is Annie Records
Benjamin Finger
Beneva vs. Clark Nova

 autres disques récents
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)

Cela fait quelques années que Beneva et Clark Nova travaillent ensemble quand il s’agit de musique, tandis qu’en solo et hors musique ils sont dans l’image et notamment les films d’animation. On a déjà croisé Beneva sous son véritable nom (Frank Benjamin Finger) l’an dernier avec l’album Woods of Broccoli d’une electronica douce et faisant une large place aux éléments acoustiques. On découvre ici Clark Nova (Rudi Simmons de son vrai nom) qui n’a pas de projet solo mais collabore avec divers artistes norvégiens.

L’album s’ouvre sur les guitares acoustiques et flûtes naïves de A Schlemihl And Human Yo Yo, mais on se rend très vite compte que la musique du duo n’a pas grand chose à voir avec le projet solo de Benjamin Finger. En effet, très vite c’est une multitude de bruitages qui apparaissent, une rythmique lourde, l’ensemble composant une electronica cradingue et granuleuse, brute et énergique. Si le précédent album du duo faisait largement appel aux éléments acoustiques, les deux hommes optent ici pour une électronique pleinement assumée, voire débridée et pas si éloignée que ça de la scène 8bit sur Elevator Shoes, accompagnant les mélodies de quelques vocalises ludiques. Le duo navigue entre ces deux extrêmes avec classe, tout autant à l’aise dans une acoustique aux colorations nostalgiques (guitare, piano, mélodica de By Analogy, Apocheir) que sur une électronique aux rythmiques lourdes (Dog Does Eight Impersonations) et basses nasillardes sur un Turning More Zebra-Like mené à toute berzingue.
Parfois, l’electronica des norvégiens pourra sembler assez classique, en particulier quand ils optent pour des bleeps doux et scintillants sur Koala Sideburns, mais elle est toutefois dominée par un esprit libre, cherchant à sortir des sentiers battus, jouant de samples variés, bribes vocales et bruitages concassés lui conférant un aspect bricolé, organique et joliment expérimental, sans pour autant oublier les mélodies immédiates. Une electronica poppy, colorée, qui nous fera penser à Hypo sur (Silenzio Stampa).

Les deux hommes se sont vraisemblablement amusés en composant cet album, riche, dense, globalement plaisant mais qui manque un peu d’ambition. Habitués à travailler l’image, en solo ou duo, Beneva vs. Clark Nova produisent régulièrement de nouveaux clips. En voici donc un en bonus extrait de ce nouvel album.


Fabrice ALLARD
le 18/04/2010

À lire également

Benjamin Finger
Pleasurably Lost
(Eilean Records)
Benjamin Finger
Woods of Broccoli
(How is Annie Records)
Benjamin Finger
10
(Sellout ! Music)
Benjamin Finger
Motion Reverse
(Shimmering Moods Records)