Georgina Starr : I am a Record and I am the Medium

 date

du 19/03/2010 au 09/05/2010

 salle

Confort Moderne,
Poitiers

 appréciation
 tags

Confort Moderne / Georgina Starr

 liens

Confort Moderne
Georgina Starr

 dans la même rubrique
du 20/04/2018 au 01/07/2018
Hugues Reip : L’Évasion
(Crédac)
du 05/04/2018 au 09/06/2018
Bertrand Dezoteux : Harmonie
(Galerie Édouard-Manet)
du 07/02/2018 au 30/04/2018
Sheila Hicks : Lignes de Vie
(Centre Pompidou)
du 13/03/2018 au 21/04/2018
Tarik Kiswanson : Come, come, come of age
(Fondation d’entreprise Ricard)

Entre journal extime et tentation nostalgique, Georgina Starr dévoile au Confort moderne une grande part de tous les enregistrements qu’elle a pu faire depuis l’âge de cinq ans. En effet, cette plasticienne britannique a toujours eu le goût de garder trace de chacune de ses expériences (conversations, morceaux diffusés à la radio, sifflements, lectures de lettres, bruits divers…) et a voulu les graver, un peu sur cassette, mais surtout sur disque.

JPEG - 16.7 ko
Yesterday
(courtesy de l’artiste)

Mais ce n’est nullement l’aspect fétichiste de l’étalage de vinyles-madeleines qui intéresse Georgina Starr et on est ici très loin de l’accrochage plat et longuet qu’on a pu voir il y a quelques semaines à la Maison Rouge (et qu’on n’avait pas évoqué en ces pages, n’en ayant pas grand-chose à dire). De fait, l’Anglaise préfère développer, par le biais de ces disques, une vraie réflexion sur le souvenir et la manière dont la musique construit l’identité. Dans cette perspective, elle ne se limite pas à compiler mais elle tend vers une véritable réappropriation, soit des vinyles (réalisation de pochettes - Static Steps 1-6 - ou de centres de disques à la gouache), soit des artistes (elle a correspondu, par écrit, avec Ronnie Ronalde, célèbre « siffleur »), soit de la musique elle-même : morceaux sifflés et enregistrés sur 12" (Yesterday par exemple) ou regroupement de quarante tubes de son enfance joués en même temps et gravés ainsi sur LP (Top 40 On Fire).

JPEG - 23.2 ko
I Am The Medium
(courtesy de l’artiste)

Naturellement attachée à l’objet-disque (on a mentionné les pochettes faites à la main), sachant bien, en disciple éloignée de McLuhan, que medium et contenu sont liés, Georgina Starr s’est aussi penchée sur les locked grooves et en a fait le cœur d’une de ses dernières créations. I Am The Medium prend pour point de départ son attrait pour le spiritisme afin de sélectionner 250 boucles issues de séances avec un médium et de les presser, en 250 sillons fermés donc, sur un vinyle enrobé d’une pochette où mains noires et blanches forment une sorte d’écrin mystique. Même penchant pour l’étrange avec le travail de recherche qu’elle a effectué autour de la figure de Theda Bara, grande figure du cinéma muet à laquelle une salle de l’exposition est consacrée. Mais l’ambiance mortifère de celle-ci (robes, souvenirs, objets et extraits de films), soulignée par le noir des murs et de la moquette, contraste trop fortement avec le blanc de la salle principale, ses cimaises et vitrines vers lesquelles on préfère se rediriger.

François Bousquet
le 03/05/2010

À lire également

du 28/05/2010 au 22/08/2010
Rita Ackermann : Last
(Confort Moderne)
du 14/03/2013 au 18/08/2013
Marianne Vitale : Bright
(Confort Moderne)
du 06/06/2009 au 23/08/2009
Collatéral
(Confort Moderne)
du 01/06/2011 au 21/08/2011
De la neige en été
(Confort Moderne)