Radian

Chimeric

(Thrill Jockey / PIAS)

 date de sortie

06/12/2009

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Post-Rock

 appréciation

 écouter

6 extraits (Flash)

 tags

Expérimental / Post-Rock / Radian / Stefan Németh / Thrill Jockey

 liens

Radian
Thrill Jockey

 autres disques récents
Giulio Aldinucci & Francis M. Gri
Segmenti
(KrysaliSound)
Yann Novak
Surroundings
(Line)
Joni Void
Mise En Abyme
(Constellation)
Magna Pia
Daiauna
(Feral Note)

Cinq ans que l’on n’aura pas entendu parler des autrichiens de Radian. C’est long, mais entre temps on aura apprécié Film, l’album solo de Stefan Németh. Par ailleurs le trio décida de faire un break d’un an, éloigné de la scène, et on se souvient du coup avec émotion des superbes concerts qu’ils ont pu donner en 2006. Quoi de neuf du côté de Vienne après autant d’absence ? Profonde remise en question de leur travail ?

C’est en tout cas de cette manière que les choses nous sont présentées, mais de toute façon, dès la première écoute on ne manque pas d’être surpris par un son globalement plus rock, plus live, donnant l’impression de capter l’énergie des concerts, d’essayer de la retranscrire sur disque, tout en gardant l’extrême finesse qui caractérise le trio. Selon la formule consacrée, le changement dans la continuité sommes nous tenté de dire.

On commencera par noter hétérogénéité de la durée des six pièces qui composent l’album, entre 2’45 et plus de 10’, proposant logiquement des approches un peu différentes, et en particulier des développements quasi cinématographiques, comme pour faire suite au Film de Németh. On pénètre dans ce nouvel album avec Git Cut Noise qui nous projète en plein cœur du nouveau Radian, un son cradingue, des ronronnements électroniques, une batterie extrêmement brute, des larsens et froissements métalliques. Une certaine rupture, une énergie nouvelle, mais on retrouve un petit quelque chose du Radian que l’on connait, peut-être est-ce du au jeu du batteur, Martin Brandlmayr. Git Cut Derivat nous apparaîtra alors comme une version étouffée et alanguie de ce premier morceau, un interlude qui s’appuie énormément sur la guitare, lente et répétitive. Au fur et à mesure que l’on avance dans l’album, le Radian que l’on connaissait semble refaire surface, et si Kinetakt est toujours très nerveux, tendu, avec ses guitares rugueuses, on retrouve ici un style fracturé, des changements de directions intempestifs, une électronique sidérurgique, et le goût des belles sonorités.

Le long développement que constitue Feedbackmikro / City Lights nous permet d’en profiter pleinement. C’est dans un quasi silence que se posent des ponctuations marquant un tempo régulier au sein d’un minimalisme imprévisible, mélodie ambiante contemplative au vibraphone, difficile de ne pas penser ici à Tortoise, voisins de label. Mais la comparaison s’arrêtera là, les éléments une fois en place, c’est plutôt du côté de Editions Mego que l’on ira chercher ces basses électroniques vrillées et ces grincements de cymbales. Sur ces morceaux qui flirtent avec les 10mn, la construction semblera assez classique, alternant calme et tension sans pour autant que cela ne donne une impression de recette. Au contraire les éléments se combinent étrangement, sortant d’une période bruitiste, retombant dans un calme relatif et improvisé pour revenir avec des mélodies de toute beauté. Le trio autrichien qui certes a trouvé son créneau, parvient encore à surprendre et à expérimenter.
Le tube, il faudra aller le chercher à la toute fin de l’album, avec Subcolors, certainement le morceau le plus proche des précédents travaux de Radian. Mélodique et aéré (vibraphone, guitare), jouant énormément avec les silences, ce dernier titre met naturellement en valeur l’incroyable travail de Brandlmayr et ses balais caressants.

Un peu comme un vieux pote qu’on aurait perdu de vue, le retour du trio autrichien faisait déjà plaisir. Mais les voir en pleine forme ne fait qu’augmenter notre joie !

Fabrice ALLARD
le 09/05/2010

À lire également

03/06/2001
Rhiz : Radian - Pure
(Batofar)
28/02/1999
Radian
(Les Voûtes)
16/04/2004
Radian / Pluramon
(Centre Pompidou)
Radian
Juxtaposition
(Thrill Jockey)