Ciseaux, papier, caillou

 auteur

Daniel Keene

 metteur en scène

Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma

 date

du 05/05/2010 au 05/06/2010

 salle

Théâtre de la Colline,
Paris

 appréciation
 tags

Daniel Keene / Théâtre de la Colline

 liens

Théâtre de la Colline

 dans la même rubrique
du 08/03/2017 au 01/04/2017
L’État de Siège
(Espace Pierre Cardin)
du 18/01/2017 au 16/04/2017
Soyez Vous-Même
(Théâtre de Belleville)
du 07/12/2016 au 11/12/2016
Hikikomori – Le Refuge
(Grande Halle de la Villette)
du 05/11/2016 au 26/11/2016
La Nuit des Taupes
(Théâtre des Amandiers)

Auteur australien régulièrement monté en France depuis une dizaine d’années, Daniel Keene dit s’attacher à une forme théâtrale entre dramaturgie et poème dramatique, forme la plus propre, selon lui, à capter le réel tout en accédant à une dimension plus métaphorique. Illustration avec Ciseaux, papier, caillou qui met en présence Kevin, tailleur de pierre cinquantenaire au chômage, errant entre sa cuisine en formica et son usine désaffectée.

Dans ce contexte, la langue de Keene choisit de travailler la répétition et, au-delà du paradoxe apparent, le silence entre chaque bribe de phrase. Ainsi, cette déconstruction du discours traduit bien le désarroi du protagoniste principal, qui n’a plus autour de lui que sa famille, un camarade de la fabrique et ses souvenirs. Mais, sur le fond, tellement a été écrit, filmé et dit sur le désenchantement ouvriériste, sur la solitude post-démantèlement des usines et industries ou sur l’incapacité pour les quinquas du secondaire à retrouver un emploi que la pièce de l’Australien peine à captiver l’attention.

De surcroît, les mise en scène et scénographie de Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma envoient régulièrement les personnages derrière un rideau de plastique tendu à l’horizontale en fond de scène, de telle sorte qu’ils apparaissent flous, nimbés de lumière. Plastiquement très réussi, ce dispositif, ajouté au caractère extrêmement elliptique des dialogues, instaure une distance rendant alors difficile toute empathie envers des figures que tout poussait pourtant à estimer.

Autres dates :
- du 4 au 10 novembre 2010 : TNT - Toulouse
- du 17 au 20 novembre 2010 : Comédie de Reims
- 30 novembre et 1er décembre 2010 : Maison de la culture - Bourges
- du 14 au 22 janvier 2011 : TNS - Strasbourg
- 27 et 28 janvier 2011 : Carreau - Forbach

François Bousquet
le 12/05/2010

À lire également

du 14/05/2003 au 07/06/2003
Dynamo
(Théâtre de la Colline)
du 26/04/2006 au 21/05/2006
L’Homme de Février
(Théâtre de la Colline)
du 12/11/2003 au 07/12/2003
La Scène
(Théâtre de la Colline)
du 25/01/2013 au 16/02/2013
Le Cabaret Discrépant
(Théâtre de la Colline)