Chihei Hatakeyama / Hogo

 date du concert

14/05/2010

 salle

Au Salon,
Paris

 tags

Au Salon / Chihei Hatakeyama / Hogo

 liens

Chihei Hatakeyama
Hogo

Symboles de la raréfaction des salles de concert permettant de recevoir des artistes intimistes en région parisienne, les concerts en appartement se multiplient depuis quelques années. Nouvel exemple avec les soirées organisées « Au Salon » (une ancienne boutique près de la Place Pigalle, reconvertie en petit appartement) par GoodMorninCaptn, webzine français et anglophone. Initialement programmé à la Société de Curiosités mais annulé à la suite du départ de la structure de son premier espace, le plateau de ce soir trouva donc refuge grâce à ces initiatives bienvenues. En effet, la vingtaine de personnes présentes put s’accorder à reconnaître qu’il aurait été regrettable que les deux concerts prévus ne puissent se dérouler.

JPEG - 29.2 ko
Hogo

Pour débuter, le duo français Hogo s’installa derrière la table, chacun accompagné d’un laptop et de quelques machines. Une fois les nappes composites mises en place, l’ambient du groupe se vit rejoindre par quelques bribes de mélodies et, de manière plus affirmée, des crépitements et crachotements. Sans être complètement certain que l’intégralité de ces derniers était délibérée, on apprécia ce mélange entre textures enveloppantes et sonorités plus rêches. Au milieu du set, afin d’agrémenter encore davantage leurs structures, l’un des musiciens s’empara d’une guitare électrique puis son compère s’arma d’une six-cordes acoustique. Mais les Parisiens reposèrent assez rapidement leurs instruments, apparemment déçus par l’apport (ou le non-apport, plutôt) qui en ressortit. En revanche, quand ce fut une seconde guitare électrique qui intervint sur la fin du concert, les accords grattés puis traités s’insérèrent nettement mieux, nous laissant penser qu’on évoquerait certainement Hogo à nouveau dans ces pages (un disque est d’ailleurs annoncé sur Hibernate, voici qui constituera une excellente occasion).

JPEG - 32.5 ko
Chihei Hatakeyama

Tout juste débarqué d’avion, Chihei Hatakeyama débutait ici une tournée européenne d’une dizaine de dates, dans la foulée de la sortie, via le label luxembourgeois Own Records, de Ghostly Garden. Comme sur cet album, guitare et autres instruments étaient absents et le Japonais put ainsi produire une ambient arythmique, construisant progressivement l’ensemble, travaillant sur la durée son unique morceau et procédant à quelques légères oscillations. Sur la fin, des bribes vocales (aux consonances tribales ou « arts premiers ») émanèrent et permirent de conférer une couleur un peu différente à un agrégat peut-être un peu trop homogène par ailleurs. Tandis que les applaudissements retentissaient, une sorte de sonnerie régulière continuait à se faire entendre ; alors qu’on imaginait une boucle non éteinte sur son ordinateur, Hatakeyama farfouilla dans son sac pour en extraire son iPhone et s’excuser : « hier, à cette même heure, je me réveillais pour prendre l’avion ».

François Bousquet
le 24/05/2010

À lire également

Chihei Hatakeyama
Ghostly Garden
(Own Records)
Chihei Hatakeyama
Mirage
(Room40)
Chihei Hatakeyama
Minima Moralia
(Kranky)
24/04/2015
Takami Nakamoto / Mokuhen
(Anticafé Louvre)