Lignes et contours

 date

du 05/03/2010 au 26/06/2010

 salle

FRAC Picardie,
Amiens

 appréciation
 tags

FRAC Picardie / Gabriel Orozco / Giuseppe Penone / Jean-Michel Alberola / Jean-Michel Basquiat / Pierre Buraglio

 liens

FRAC Picardie

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Depuis quelques années, le dessin contemporain connaît un regain d’intérêt : le salon qui lui est dédié a de plus en plus de presse, les galeries s’attachent à cette technique et les musées l’exposent. Dans ce contexte, le FRAC Picardie, qui développe depuis sa création un travail de recherche sur le dessin, consacre sa seconde exposition de saison aux Lignes et contours. Au reste, le titre, assez explicite, indique qu’il sera aussi bien question du trait autonome que de celui qui permet de délimiter une forme.

JPEG - 12.6 ko
Jean-Michel Alberola - Une Famille
(courtesy FRAC Picardie)

Un peu comme nous nous y attendions, la première veine (« fluide et instable » comme décrite par le dépliant) nous semble en réalité manquer de corps (les quatre dessins de Gabriel Orozco), se faire purement descriptivo-illustrative (les herbiers de Giuseppe Penone) ou trop vite répétitive (les vingt-trois réalisations alignées de Camilla Tucholski ou les quinze dessins de Luis Claramunt). Du coup, même le Sans Titre de Jean-Michel Basquiat paraît, par capillarité, désincarné. En revanche, quand il s’agit de tracer un véritable contour, une profondeur naît, qu’elle surgisse du néon Une Famille de Jean-Michel Alberola ou des trois silhouettes peintes à la gouache colorée par Didier Mencoboni (À Trois Pourquoi pas ?).

JPEG - 38.4 ko
Stéphane Lallemand - Le verrou 2
(courtesy FRAC Picardie)

Même réussite lorsque, dans une salle en fin d’exposition dédiée aux copistes, une distance est prise par les artistes, qu’ils interviennent « à la manière de » (Dessin d’après... Seurat, Le bec du Hoc de Pierre Buraglio entre autres exercices de style) ou optent pour la peinture-vidéo comme Angel Vergara qui tient un stylet et fait mine de peindre une Belle femme au miroir bien réelle en vérité. Plus encore, on sera enthousiasmé par la série de Télécrans de Stéphane Lallemand dans laquelle le Français a recréé des tableaux des siècles derniers (Fragonard, Goya, Renoir, Wesselmann) sur ces jouets d’enfants. Critique des produits dérivés qui envahissent les musées, prise de position sur le « un enfant de quatre ans pourrait en faire autant » régulièrement entendu à propos de l’art contemporain et décalage facétieux : Lallemand vise assurément juste.

François Bousquet
le 14/06/2010

À lire également

du 16/10/2002 au 06/01/2003
Sonic Process
(Centre Pompidou)
du 28/05/2009 au 27/09/2009
VRAOUM ! Trésors de (...)
(Maison Rouge)
du 17/02/2012 au 20/05/2012
Néon. Who’s afraid of (...)
(Maison Rouge)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)