Bitcrush

Of Embers

(n5MD / Import)

 date de sortie

30/03/2010

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 écouter

6 RealAudio (extraits)

 tags

Bitcrush / Dryft / n5MD / Post-Rock

 liens

Bitcrush
n5MD
Dryft

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Après la ressortie de Shimmer And Fade, les albums de Bitcrush reprennent leur cours chronologique. À ce titre, on était resté sur un Epilogue In Waves qui, en 2008, marquait une inflexion vers un post-rock lyrique, avec en sus des interventions vocales sur quelques morceaux. Même approche deux ans plus tard alors qu’on avait cru comprendre que Mike Cadoo avait désactivé son projet Bitcrush, qu’on est par conséquent content de retrouver aussi vigoureux.

Car, il faut bien le reconnaître, c’est avec un entrain certain que l’États-unien revient, bardé d’accords énergiques de guitares, de batterie martelée, d’étirement sur la longueur et de velléités post-rock évidentes (Fray The Middle To Meet The Ends, The Days We Spent Within). Si l’apport vocal est majoritairement conservé, il peut s’avérer extrêmement réduit à quelques dizaines de secondes (le morceau-titre, Fray The Middle To Meet The Ends) ou apparaître, comme par le passé, sur la totalité du morceau (Dream Unto Fathoms). Notre préférence allant vers la première branche de l’alternative, nous admettrons cependant que, dans la seconde, le mixage ne met pas cette voix trop en avant, laissant parfois même la guitare saturée prendre le dessus.

Malheureusement, Bitcrush, emporté par sa fougue, n’échappe pas à quelques écueils du post-rock lyrique, se laissant aller à une surcharge instrumentale ampoulée, limite pénible, sur la fin de certains titres (Dream Unto Fathoms). Mais on peut aussi faire le choix d’échanger ces passages contre les envolées captivantes des quinze minutes de Fray The Middle To Meet The Ends ou l’apparition d’un piano au début d’Ascension afin de souligner que Mike Cadoo a peut-être bien fait de ne pas laisser tomber ce pseudonyme.

François Bousquet
le 24/06/2010

À lire également

Tobias Lilja
Delirium Portraits
(n5MD)
ent
Welcome Stranger
(n5MD)
Near The Parenthesis
L’Eixample
(n5MD)
(ghost)
Departure
(n5MD)