Miroirs Noirs

 date

du 26/05/2010 au 26/06/2010

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Clément Rodzielski / Fondation d’entreprise Ricard / Gyan Panchal / Wade Guyton

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Ces pages ont suffisamment souvent stigmatisé le lien un peu factice établi entre intervenants d’une exposition collective et l’intitulé fabriqué qui les reliait pour saluer une proposition qui démontre une véritable cohérence, suit parfaitement son intitulé et interroge avec pertinence son angle d’approche. Miroirs Noirs répond à ces caractéristiques puisque le commissaire, Vincent Romagny, a réuni dix-sept artistes en partant de cet instrument d’optique de la Renaissance, constitué d’une feuille noire appliquée derrière une plaque de verre et utilisé notamment par les peintres. Évidemment, plusieurs plasticiens jouent autour de ce noir, si symbolique dans l’histoire de l’art, mais ce n’est nullement la seule démarche retenue et, surtout, ce noir n’est nullement limité à la finalité que lui conférait le miroir noir.

JPEG - 9.8 ko
David Dubois - Black Shirt
(courtesy de l’artiste)

Il sert ainsi de point de départ aux peintures de Charline Von Heyl et Bruno Perramant dans lesquelles il s’agit de repousser le noir aux extrémités du tableau, sous forme géométrique pour la première (P.), en peignant une grotte vue de l’intérieur (avec, au centre, la lumière venant de l’extérieur) pour le second (La Grotte). De même, les trois peintures d’Anne-Laure Sacriste (Le Lac, Nocturne 2 et L’Île aux Branches) voient des formes colorées agrémenter le fond uniformément noir tandis que la photographie apparemment sombre de Christophe Brunnquell révèle en réalité une femme nue en filigrane du papier baryté. Plus formellement, le concept même du miroir noir peut se trouver détourné par David Dubois lorsque celui-ci tend un grand drap noir avec un miroir rond en son centre (Integrated Mirror) ou bien dispose une plaque de verre sur un T-Shirt noir sérigraphié (Black Shirt).

JPEG - 14.6 ko
Jutta Koether - Untitled (Bitches Brew, Black Version #2)
(courtesy Sutton Lane Gallery)

Précisément, le travail sur la matière s’avère souvent particulièrement probant (plus, en tout cas, que les monochromes de Stéphane Kropf) surtout parce qu’il conduit à des réalisations imparfaites, pleines d’aspérités et loin de tout caractère lisse et bien soigné. Ainsi, l’apposition de verre liquide sur un châssis en bois par Jutta Koether produit un superbe effet de relief (Untitled (Bitches Brew, Black Version #2)), le grand tissu de Michael Riedel se trouve déchiré en son milieu (Four Proposals for the Change of NOIRS in the Title of the Show MIROIRS NOIRS) et le jeu sur la géométrie des lignes de Wade Guyton casse l’aspect uniforme du noir et blanc.

JPEG - 18.9 ko
Clément Rodzielski - Sans Titre
(courtesy Galerie Carlos Cardenas)

Encore plus attaché à la matière, et notamment aux composantes génératrices de celle-ci, Gyan Panchal accroche au mur deux cartouches d’imprimante, l’une telle quelle, juste surmontée d’un fusain, et l’autre comme moulée dans de l’argile, histoire de matérialiser le toner, grand producteur de noir. Enfin, Clément Rodzielski présente une table, avec un grand plateau noir, mais dont le piètement est difforme, bancal, comme pour rappeler que le noir est justement la teinte de l’irrégularité, de l’accident.

François Bousquet
le 26/06/2010

À lire également

du 15/12/2011 au 26/02/2012
Le Sentiment des Choses
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 06/03/2007 au 13/04/2007
Re-trait
(Fondation d’entreprise)
du 12/10/2012 au 17/11/2012
Évocateur
(Fondation d’entreprise)
du 22/01/2015 au 07/03/2015
Marcelline Delbecq : (...)
(Fondation d’entreprise)