Montauk in February

Broken City Heart

(Spank Me More Records / Internet)

 date de sortie

07/01/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Industriel

 appréciation

 écouter

6 titres complets (player Bandcamp)

 tags

Ambient / Drone / Industriel / Montauk in February / Nils Frahm / Spank Me More Records

 liens

Nils Frahm
Spank Me More Records

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Doucement mais sûrement, le label belge essaime ses productions, pour l’instant dans des registres assez variés. Après iCu dont on parlait l’année dernière, Montauk in February aborde un tout autre registre avec le fruit d’un projet bien particulier puisque ce disque a été composé à partir des bandes sons de 30 vidéos filmées de nuit dans le chantier d’un grand centre commercial de Bruxelles.

Ce mini album est à voir comme la BO d’un film composée a posteriori, à partir de la bande son des films réalisés dans le cadre du projet. Il s’agit d’une pièce continue d’environ 18mn découpée en plusieurs mouvements bien distincts qui font l’objet de six pistes sur le CD.
Vu la description du projet, on n’est pas trop surpris par le type de son qui se dégage de While Bleeding Hours, titre d’ouverture d’une ambient sombre, résultat du traitement des field recordings nocturnes. Le ton s’éclaircit un peu via l’apport de réels instruments, avec ici le vibraphone de Valentin Delecourt, pour déboucher sur l’ambient un peu plus apaisée, plus classique aussi de I Met The Soul of The Town, enchaînement de nappes pleines de souffles au sein desquelles l’auditeur attentif décèlera les mélodies internes. Au fil du travelling sonore on progresse vers une certaine douceur et on se laisse envelopper par les nappes et tintements mélodiques de Deep Inside jusqu’à ce que des rideaux de fer se ferment derrière nous (Six Feet Under).
De l’autre côté du rideau, tout est sombre et inquiétant, les sonorités vibrent dans une résonance sourde, aquatique et on essaye de se guider au son du piano de Nils Frahm dont une magnifique mélodie a été samplée (I Got Lost In My). Le voyage se termine alors que l’on sort du labyrinthe, retrouvant le son du vibraphone qui semble se multiplier à l’infini.

C’est court mais c’est chouette, dans le genre cinéma pour l’oreille sans que l’on ne parle pour autant de musique électroacoustique ou concrète. Pour amateur d’ambient, qu’elle soit dark, drone ou néo-classique, douce ou inquiétante puisque c’est dans ce mélange des genre que Montauk in February trouve son équilibre.

Fabrice ALLARD
le 01/07/2010

À lire également

Oliveray
Wonders
(Erased Tapes)
iCu
UseLess
(Spank Me More Records)
V/A
Get Spanked ! Vol.2
(Spank Me More Records)
17/02/2012
Nils Frahm / Grey Reveren
(Café de la Danse)