Nommo Ogo

Across Time and Space

(Record Label Records / Import)

 date de sortie

15/01/2010

 genre

Electronique

 style

Electronica / Expérimental / Industriel / Krautrock

 appréciation

 écouter

Induction (MP3 complet)

 tags

Electronica / Expérimental / Industriel / Krautrock / Nommo Ogo / Record Label Records

 liens

Record Label Records
Nommo Ogo

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Après l’electronica dubbisante de Kush Arora dont on vous parlait il y a quelques semaines, voici un autre projet atypique sur un label qui ne l’est non moins. Across Time and Space est une invitation au voyage mental qui fait suite à Space Cross, un EP sorti quelques mois plus tôt dont nous retrouvons les deux morceaux ici.

Nommo Ogo est un quatuor venu de la scène psyché-noise alaskaine, actuellement basé en Californie, à Oakland. Il s’agit avant tout d’un groupe de scène, les quatre artistes se lançant dans de longues sessions d’improvisation à partir de synthétiseurs et séquenceurs vintages. Disons qu’ils ont un pied dans la scène krautrock électronique et un autre dans la scène electronica-expérimentale actuelle.
Le résultat est plutôt étonnant, et comme souvent chez Record Label Records, sonne comme pas grand chose de connu. L’album est composé de sept morceaux enregistrés live entre 2003 et 2006 aux Etats-Unis et en Allemagne, les enregistrements ayant ensuite fait l’objet de quelques enrichissements. Chaque titre est à voir comme une sorte de labyrinthe fourmillant de sonorités diverses, un kaléidoscope sonique au sein duquel se croisent douces mélodies, boucles tournoyantes, fulgurances rythmiques, crissements et chuintements bruitistes, chant et chœurs, parfois pendant 14 ou 15 minutes. Si le groupe se perd parfois lui même dans ses compositions, c’est bien souvent une idée, un son, qui en amène un autre, bringuebaler l’auditeur d’un univers à l’autre avec une certaine logique.

L’album s’ouvre ainsi sur les 15mn de Induction avec des flottements aiguisés au laptop, une lourdeur rythmique, quelques déchirements bruitistes, puis une guitare façon post-rock ambient et un chant qui semble avoir traversé le temps, sombre et feutré. Quelques influences orientales sont perceptibles ici ou là (A Call to Cats on the mMoon) mais le combo parvient à éviter les clichés et se fait aussi plus dur, concluant dans une electronica-noise qui nous rappellera les démons d’un Aphex Twin. A l’opposé, mMoonlane est un petit bijoux de finesse, à rapprocher d’une electronica mélodique en mouvement perpétuel, toujours prête à bondir sur l’auditeur lorsqu’il s’y attend le moins. Le groupe à le chic pour composer des mélodies subtiles, les faire vivre, progresser, tournoyer, abandonnant les machines pour les reprendre à la guitare (Yaldaboath) tandis que les rythmiques peuvent alterner entre finesse et lourdeur (Esoterrorcle). L’album qui dure plus d’une heure semble petit à petit se perdre un peu, optant aussi pour un son à la fois plus abstrait et plus dur, avec consonances industrielles, vocaux torturés et brouillages radio (Shadow Out).

On ne sait pas grand chose du passif de Nommo Ogo, mais à l’écoute de cet album le quatuor nous donne l’impression de condenser 30 ans de musiques électroniques. Demandez à Klaus Schulze, Nine Inch Nails et Aphex Twin de faire du Animal Collective, vous ne devriez pas être bien loin de la musique de Nommo Ogo.

Fabrice ALLARD
le 01/07/2010

À lire également

Dalglish
Ideom
(Record Label Records)
Tomoroh Hidari
Also Spoke Zerothruster EP
(Record Label Records)
Dalglish
Venoyn
(Record Label Records)
Kush Arora
Boiling Over
(Record Label Records)