Yuri Lugovskoy

s/t

(Moteer Records / Import)

 date de sortie

15/04/2010

 genre

Electronique

 style

Minimal / Techno

 appréciation

 tags

Minimal / Moteer Records / Techno / Yuri Lugovskoy

 liens

Moteer Records
Yuri Lugovskoy

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Nouvelle signature sur Moteer, label toujours en quête de têtes à découvrir, avec ce premier disque de Yuri Lugovskoy, Ukrainien qui n’avait jusqu’à présent sorti qu’un EP mp3 sur un netlabel canadien en 2006 et qu’on avait par ailleurs croisé (mais sans véritablement relever sa présence parmi les remixeurs des albums The Ridings de Northerner et Micro de con_cetta). Autant dire que c’est vierge qu’on débute l’écoute de ce court album (onze pistes et trente-trois minutes), alternant morceaux inférieurs à cent-vingt secondes et titres dépassant les trois minutes.

De manière assez surprenante, et alors qu’on s’attendait à un nouvel exercice d’electronica à cliquetis comme les affectionne le label anglais, c’est une techno particulièrement minimale que nous livre en réalité Lugovskoy. Prenant pour point de départ une pulsation extrêmement sourde et profonde, le musicien y dispose des sonorités plus fines ou quelques rythmiques, le tout agrémenté d’une sorte de lointaine inspiration dub (dans la répétition des boucles). En revanche, le tempo n’est pas suffisamment élevé pour parler d’une vraie techno, et surtout les pulsations ne sont jamais suffisamment présentes, comme écrasées par ce sombre tapis sonore.

Quand cette basse disparaît et que les autres composantes se retrouvent sans soutien d’arrière-plan, l’ensemble se fait étrangement presque plus inquiétant (alors qu’on aurait pu imaginer que, précisément, c’était ce continuum sonore sombre qui donnait ce sentiment), comme si, en fait, la mise à nu les rendait à la fois plus fragiles et plus menaçantes (Untitled 07). Néanmoins, les derniers morceaux apportent leur lot d’atmosphères bien angoissantes, de simili-cloches digitalisées semblant sonner le glas (Untitled 10) et de ce mélange, assez bien troussé, entre fréquences aigues et nappe sombre.

François Bousquet
le 17/07/2010

À lire également

The Ancients
s/t
(Moteer Records)
Clickits
Express Gifts
(Moteer Records)
The Boats
Songs by the Sea
(Moteer Records)
The Boats
We Made It For You
(Moteer Records)