Manual

Drowned In Light

(Make Mine Music / Import)

 date de sortie

19/04/2010

 genre

Rock

 style

Electronica / Shoegazing

 appréciation

 écouter

Afterimages (morceau complet via SoundCloud)

 tags

Electronica / Make Mine Music / Manual / Shoegazing

 liens

Manual
Make Mine Music

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Après le triptyque ambient (The North Shore, Bajamar et Confluence), Manual revient à cette electronica parcourue de lignes de guitare qui avaient sa force au moment de ses deux albums sur Morr Music et du fabuleux Azure Vista. Pour ce Drowned In Light (paraissant sur Make Mine Music et, pour les Etats-Unis, sur Darla), le Danois retrouve donc ces compositions échevelées dont on doit bien avouer ne pas se lasser.

Il faut dire que Jonas Munk sait s’y prendre pour convoquer plusieurs guitares (acoustique, électrique, flamenca, douze-cordes) superposées, afin de donner une impression de quasi-vertige à l’auditeur emporté par cette forme maîtrisée de shoegazing électronisé (Afterimages, Pulsations, Blood Run). Sur ces interventions, les rythmiques posées par Manual renouent également avec celles qu’il pouvait développer dans Until Tomorrow et Ascend et cette impression d’entendre la reprise digitale du son d’une baguette rebondissant sur la peau d’une caisse claire (Biarritz, Phainomenon, Morning Glass 1982, Issa).

Si la structure des morceaux du Danois peut sembler identique à celle prisée au début des années 2000, il nous semble rencontrer plus régulièrement à l’époque des incursions venues d’autres univers musicaux. Ainsi croise-t-on des séquences de synthé escaladant la gamme chromatique (Biarritz) ou des inflexions psyché (Pulsations) ou alors, à l’autre extrême presque du spectre musical, deux guitares opérant dans un dénuement remarqué (Empty Inside). Tout cela mis bout à bout livre un album aussi réconfortant (en ce qu’il ravira les habitués de Manual) que suffisamment différent de ses efforts précédents pour en justifier l’existence.

François Bousquet
le 20/07/2010

À lire également

Millimetrik
Cities EP
(Make Mine Music)
Avrocar
Against the Dying of Light
(Make Mine Music)
29/11/2003
Boréales Digitales 2003 :
(Centre d’Art Contemporain)
Epic45
In All The Empty Houses
(Make Mine Music)