Frank Bretschneider

Exp

(Raster-Noton / Metamkine)

 date de sortie

17/05/2010

 genre

Electronique

 style

Electronica / Minimal

 appréciation

 écouter

12 Flash (extraits)

 tags

Electronica / Frank Bretschneider / Komet / Minimal / Raster-Noton

 liens

Frank Bretschneider
Raster-Noton

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Tandis que d’autres rédacteurs l’ont toujours tenu en haute estime, nous avions jusqu’à l’an passé quelques réserves sur Frank Bretschneider. Mais son magnifique concert au Brussels Electronic Music Festival 2009 nous a donné envie de nous replonger dans ses travaux récents et nous avons alors été enthousiasmés par Rhythm, sorti en juillet 2007 dont ses derniers concerts sont la parfaite retranscription. Avec Exp, son nouveau long-format, on espère donc que le charme va continuer à opérer même si la structure de l’album (un premier disque avec trente-cinq morceaux très courts - autour de la minute - et un second avec des captations live des vingt premiers titres) peut a priori laisser sceptique.

Mais, fort intelligemment, l’Allemand a construit son disque de telle sorte qu’on n’entend quasiment pas le passage d’une piste à l’autre ; plus précisément, on dirait qu’il les a associées afin que chaque duo ou trio de morceaux courts fasse un titre entre deux et cinq minutes. Propre à la fois à faire ressentir une progression (la montée en puissance des cinq minutes du duo Multimath Duplex, Polycopter) mais aussi suffisamment bref pour ne pas trop rebuter l’auditeur peu familier de ces larsens, craquements en tout genre et jeu micro-électronique. Partant, un grésillement strident se trouve alors limité dans son expression, mais quand même présent (Blue : Ultramarine).

Au-delà de cette science de l’agencement, Bretschneider impressionne à nouveau par sa capacité à travailler sur les fréquences, enchaînant mini-boucles basses et interventions plus aigues (le trio Chamber Jazz, Biplex, Blue : Cyan). De même, il peut aisément juxtaposer sons atonaux et éléments aux apparences plus métalliques (l’enchaînement Orion, Spin, Novo Duplex, Blue : Electric) ou sonorités dub et rythmique minimale (le duo Light Weight, Satellite et le bien nommé Crystal Dub). Bref, sur la lancée de ses dernières productions discographiques et scéniques, Frank Bretschneider réussit un nouveau coup de maître.

François Bousquet
le 06/08/2010

À lire également

Senking
Pong
(Raster-Noton)
Emptyset
Collapsed
(Raster-Noton)
Senking
Capsize Recovery
(Raster-Noton)
04/04/2009
Festival Nemo 2009 : (...)
(Forum des Images)