qbik

Robots Cry Too

(Patpong Records / Internet)

 date de sortie

26/02/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / IDM

 appréciation

 écouter

8 titres complets (Quicktime)

 tags

Ambient / Electronica / IDM / Patpong Records / qbik

 liens

qbik
Patpong Records

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Nous allons encore une fois parler d’un label que nous n’avons jamais abordé sur ces pages, à savoir Patpong Records, basé à Bucarest. La structure roumaine se distingue avec deux lignes de production. Club d’une part, plus electronica d’autre part, avec en particulier qbik que l’on trouvait jusque là sur le netlabel aRhiva7.

On est ici dans une pure ligne electronica / IDM avec quelques incursions ambient, le genre de production qui peut sonner un peu datée aujourd’hui, mais qui reste une digne héritière des premières productions Warp. Il sera difficile de dire si le label anglais a été une influence pour qbik alors qu’il commençait à composer (en 1999), mais le roumain vivant dans une petite cité métallurgique, le parallèle avec Sheffield sera aisé.
On a d’abord découvert qbik via son MySpace, quelques titres écoutés dans le désordre, en effet très electronica. Sous son titre digne d’un roman de science-fiction, Robots Cry Too se révèle riche en surprises, se sortant très habilement des clichés du genre. Même le titre d’ouverture que l’on aurait imaginé d’une ligne claire mêle effets percussifs abstraits et nappes flottantes, faisant preuve d’un charme particulier. On rassurera tout de suite les amateurs de mélodies, qbik peut tout aussi bien produire une electronica mélodique plus classique qui trouverait tout à fait sa place chez Toytronic par exemple. Mélodies flottantes et rythmiques déglinguées sur 3W7meu, nappes synthétiques et croisement de tintements électroniques sur le magnifique et arythmique Mecanik Heart, ou minimalisme kraftwerkien terriblement efficace sur Nano 0n3, les approches diffèrent et qbik évite d’appliquer de simples recettes.

Au contraire, il semble prendre plaisir à expérimenter, essayer de nouvelles combinaisons, pour des résultats certes un peu inégaux. Il opte par exemple pour des tempos un peu plus lents sur un Metals Cry aux mélodies flottantes, restant du coup assez abstrait et quand il remixe son propre travail dans un style un peu plus marqué, plus cassant, il peine à sortir de l’impasse. Full Battery se révèlera être également un risque de décrochage avec son travail rythmique moins recherché et ses abstractions mélodiques et scratchs synthétiques, mais on se rattrapera avec le travail sur le son de Hibrid avec ses basses ronronnantes et ses petits tintements étincelants.

Un album qui n’est certes pas parfait, mais que l’on a eu énormément de plaisir à écouter ces derniers jours. Les amateurs d’electronica / ambient qui aiment aussi ce qui sort un peu des sentiers battus devraient être ravis. A noter que trois autres productions de qbik sont toujours disponibles en libre téléchargement chez aRhiva7 !

Fabrice ALLARD
le 30/07/2010