Wyndel Hunt

Sunshine Noir

(Dragon’s Eye Recordings / Import)

 date de sortie

00/02/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Noise

 appréciation

 écouter

3 titres complets (Flash)

 tags

Ambient / Dragon’s Eye Recordings / Drone / Noise / Wyndel Hunt

 liens

Dragon’s Eye Recordings

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Wyndel Hunt est un artiste basé à Seatle, composant une musique ambient-noise à base de drones. Sunshine Noir est son quatrième album chez Dragon’s Eye Recordings, une structure de Los Angeles fondée par Paul Novak en 1989 et relancée en 2005 par son fils Yann. Dragon’s Eye Recordings sort principalement des CD-R en éditions limitées, dans des packagings simples et soignés, avec des artistes tels que FOURM (Si_Comm, Level), Celer, et bien sûr Yann Novak.

Pochette entièrement noire et titre d’album suggérant des ambiances ténébreuses, l’auditeur semble être prévenu de ce qu’il va trouver avec cet album. Ne connaissant pas le travail de Wyndel Hunt avant ce disque, on se retrouve bien vite immergé dans les drones grésillants de Sumud, limite bruitiste parfois avant de s’achever aussi brutalement qu’ils ont démarré. Si les artistes qui travaillent dans ce registre sonore sont souvent victimes d’un ascétisme systématique, Wyndel Hunt évite de se cantonner à ces textures linéaires. Sur The Drop par exemple, on a l’impression que son travail s’appuie sur des field recordings traités, pleins de souffle et enrobés de nappes de laptop, fines et épurées.
Se prolongeant généralement sur 6-7 minutes, les compositions de Wyndel Hunt sont d’une ambient à la beauté sombre, à la fois attirantes et inquiétantes. Une certaine douceur quand les drones et souffles se font feutrés, et puis une sorte de violence latente qui apparaît quand les ronronnements deviennent puissants, grondants sur Invisible Hand Revealed : Iron Fist. L’artiste joue habilement avec des sonorités à la limite de l’audible sur des intros en forme de lentes montées, passant par des boucles mystérieuses à la Biosphere pour finir dans des nappes de guitares noyées dans la masse, entre souffles cotonneux et aridité granuleuse sur Niche Destroys Market.
Les apports mélodiques sont discrets mais présents, Wyndel Hunt ajoutant clavier et guitare à ses traitements électroniques, disséminant de petites notes rebondies sur Plot Device ou évoquant des mélodies à partir de ses nappes granuleuses sur le superbe Free Dissociation qui conclut l’album.

Une ambient dense, riche, un grain bruitiste et un certain minimalisme sur la forme, autant d’éléments agencés avec classe sur ce très bel album qui donne envie d’en écouter un peu plus.

NB : pour information, depuis la sortie de ce disque, Wyndel Hunt a été victime d’un grave accident de vélo. Afin d’aider à couvrir les frais d’hospitalisation, le label a décidé de reverser l’intégralité des ventes de Sunshine Noir à l’artiste.

Fabrice ALLARD
le 31/07/2010

À lire également

Simon Whetham
Prayers Unheard
(Dragon’s Eye Recordings)
Robert Crouch
An Occupied Space
(Dragon’s Eye Recordings)
i8u
29 Palms
(Dragon’s Eye Recordings)
Mimosa|Moize
Hear One Near and Think of the Other
(Dragon’s Eye Recordings)