Laura Gibson & Ethan Rose

Bridge Carols

(Baskaru / COD&S Distribution)

 date de sortie

15/02/2010

 genre

Electronique

 style

Electronica / Folk

 appréciation

 écouter

Introduction (complet, Flash)

 tags

Baskaru / Electronica / Ethan Rose / Folk / Laura Gibson

 liens

Baskaru
Ethan Rose
Laura Gibson

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

On vous parlait l’an dernier de Oaks, l’album d’Ethan Rose publié chez Baskaru. Artiste auteur de musique électronique, aussi bien intéressé par les expérimentations contemporaines que par les sonorités plus anciennes, il nous proposait alors un concept album autour d’un vieil orgue de théâtre de Portland (Oregon), la ville dont il est originaire. Vivant également à Portland, Laura Gibson joue plutôt dans un registre folk, mais cette première rencontre musicale nous paraîtra pourtant tout à fait naturelle.

Tout est parti d’une curiosité mutuelle envers leur travail respectif et l’envie de changer leur façon de travailler. Ethan Rose qui produit une musique instrumentale allait donc s’appuyer sur les textes de Laura Gibson tandis que celle-ci tenterait de se détacher un peu du cadre formé par les mots, les phrases, le sens, pour se laisser inspirer par les paysages sonores de l’Américain. Le processus a en fait été assez long pour arriver à cet album, faisant plusieurs allers et retours entre composition musicale et enregistrement des voix aussi bien en studio qu’en pleine campagne, pour finir par un fastidieux travail d’édition lors duquel Ethan Rose à complètement découpé et recomposé les chansons de Laura Gibson.

Le résultat est étonnant dans la mesure ou l’ensemble de l’album sonne comme une collection de chansons folk limpides, naturelles, qui semblent couler de source. Album de courte durée composé de neuf titres d’une belle cohérence puisque le principe est à peu près le même sur l’ensemble du disque. Sur le plan instrumental, on trouve ici des guitares éparses et cristallines, un piano timide (Introduction), de réguliers coups d’archet sur des cordes et une douce trompette (Old Waters), les tintements d’une boîte à musique (Sun), un xylophone sur la fin de Boreas Borealis, l’ensemble étant finement agencé sans que l’on puisse trouver là une logique. Ça fonctionne comme par magie, on passe d’un son à l’autre dans une sorte de mouvement oscillant, on se laisse porter par un enrobage de nappes électroniques et étranges bruitages, grelots, chants d’insectes, légers grincements et frétillements métalliques.
Et puis il y a la voix de Laura Gibson bien sûr, alternant entre chœurs, chant folk et vocalises. Elle est ici imprévisible, délivrant parfois un chant aux intonations pleines de charme, assez typique du genre, à la limite de la rupture, s’échappant dans des hululements hauts perchés sur Tall Grass, Dark Star, ou encore se retrouvant esseulée, a cappella sur le magnifique O Frailty dont on devine de subtils traitements. Si la musique d’Ethan Rose est pleine de finesse, la voix de l’Américaine lui ajoute une certaine fragilité rendant l’ensemble presque précieux.

Un très bel album pour amateurs de folktronica, de jolies voix et de surprises.

Laura Gibson & Ethan Rose — Boreas Borealis from Holocene Music on Vimeo.

Fabrice ALLARD
le 05/08/2010

À lire également

Lawrence English
Approaching Nothing
(Baskaru)
Frank Rothkamm
ALT
(Baskaru)
GoGooo
Long, Lointain
(Baskaru)
Mathias Delplanque
Chutes
(Baskaru)