V/A

Electronic Manifesto 4. Epitaph. The End Chapter

(M-Tronic / La Baleine)

 date de sortie

00/02/2010

 genre

Electronique

 style

Electronica / IDM / Industriel

 appréciation

 écouter

Compilation teaser

 tags

9 Elma / Electronica / Flint Glass / Geomatic / IDM / Industriel / M-Tronic / Philippe Petit

 liens

Flint Glass
M-Tronic
Geomatic
Philippe Petit
9 Elma

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Electronic Manifesto est une série de compilations françaises dont l’artiste HIV+ est à l’origine. Les premiers volets sont sortis chez Caustic Records et Divine Comedy Records, puis c’est M-Tronic qui a pris le relai début 2009 pour la troisième compilation sous forme de tribute au label Mute avec des reprises de Depeche Mode, Fad Gadget, Einstürzende Neubauten ou encore Laibach. C’est donc cette année que sort le 4ème et dernier volet sur lequel on retrouve des artistes fidèles de la série, mais aussi quelques artistes M-Tronic pour un ensemble certes connoté électro-indus mais avec éclectisme fort plaisant.

Surprise ainsi de voir la compilation s’ouvrir sur une guitare acoustique et un spoken word d’outre tombe sur le narratif La Fin Des Temps de TAT. Les titres s’enchaînent dans des registres similaires avec un piano sur l’electronica de Stendeck et des voix très présentes, généralement sombres, plutôt feutrée chez LAAG, traduisant un sentiment d’urgence chez Normotone, ces derniers jouant sur un superbe échafaudage de nappes et bruitages électroniques, effets rythmiques et déchirements mécaniques. Surprise ensuite d’entendre Philippe Petit qui trouve ici parfaitement sa place avec Lydia Lunch et sa voix mystérieuse sur un assemblage de cuivres ambient. On terminera ce premier tiers de compilation avec le très beau et cinématographique Keystone de Ab Ovo, samples de voix sur une fine electronica.
Avec Flint Glass (boss de Brume Records), on aborde une deuxième partie qui nous permet de retrouver le son auquel le label nous a habitué, à savoir une électro-indus fortement influencée par la scène electronica. Flint Glass s’en sort à merveille, ajoutant des rythmiques tribales à ses nappes inquiétantes sur Death Ritual. On découvre ensuite Club Amour et Umilenie qui partagent une production soignée, deux titres terriblement efficaces, immédiats mais une forme très classique avec kicks rythmiques et nappes mélodiques. Dans un registre similaire, on aura tendance à leur préférer Commuter et son kraftwerkien Analog Death, précis et sec, on encore le soyeux My World de Veronika Nikolic, à la fois très orienté dancefloor et particulièrement doux avec ses voix feutrées et murmurées. Le son est ensuite plus dur sur quelques titres dont le Levitan d’Alexey Volkov, certainement le morceau le plus marqué par des influences industrielles, et The Call Of Elara de 9 Elma dans sa version remixée par Ex_Tension.
Comme pour fermer une parenthèse, les trois derniers titres de la compilation proposent un retour aux voix avec Geomatic qui nous donne l’impression de remixer Depeche Mode, R3mute et un très chouette traitement des voix rendues monstrueuses, et pour finir comme on avait commencé, guitare acoustique et chant espagnol pour une excellente fusion flamenco / electro-bruitiste par Pedro Penas Robles (HIV+) et Laurent Maltinti.

Très cohérent dans sa tonalité, ce dernier Electronic Manifesto fait véritablement plaisir à entendre de part la richesse de son spectre sonore. Si l’on a tendance à reprocher à ce type de production une certaine redite et un essoufflement sur la longueur, cette énorme compilation (près de 80mn) au contraire surprend de bout en bout.

Fabrice ALLARD
le 08/08/2010

À lire également

V/A
qfg : A Compilation
(Parametric)
Philippe Petit & Friends
Silk-Screened
(Trace Recordings)
Philippe Petit
scores Henry : The Iron Man
(Aagoo)
Philippe Petit & Friends
A Scent Of Garmambrosia
(Aagoo)