David Ya

The Time Is Stretching

(Entropy Records)

 date de sortie

00/04/2010

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Minimal

 appréciation

 écouter

3 extraits (Flash)

 tags

David Ya / Entropy Records / Expérimental / Minimal

 liens

Entropy Records
David Ya

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Après la compilation qui lançait le label (chroniquée en début d’année) et en attendant l’album de The Spaced Goats dont nous vous parlerons prochainement, Entropy Records s’est lancé dans une série de mini-CD au propos nettement plus expérimental (dark ambient, field recordings, art sonore, etc...). C’est David Ya qui n’est autre que le responsable du label qui ouvre cette série.

On l’a déjà dit, il y a un peu une mode du CD 3" depuis quelques années, avec du coup des packagings adaptés au format et des objets qui sortent naturellement du lot. C’est dans un mini-boitier de type DVD que l’on trouve ce CD 3" bleu, accordé avec la photo de la pochette, avec deux courts titres d’introduction et conclusion, et le morceau titre d’une vingtaine de minutes. Après la compilation Instinct qui était globalement très facile d’accès pour ne pas dire assez classique, on se rend effectivement compte à l’écoute de cet EP que le jeune label a de véritables prétentions artistiques.
Comme le titre le suggère, The Time Is Stretching est une étude sur le temps qui se déroule en trois parties : Expansion, The Time Is Stretching et Collapsing. Après les oscillations soniques qui semblent s’élever sur Expansion, on attaque le gros morceau construit selon une parfaite symétrie. Crépitements et tournoiements pour commencer et puis deux boucles qui se croisent à l’infini : basse ronronnante et sample vocal a priori, qui pendant une dizaine de minutes vont aller en ralentissant afin de simuler l’étirement du temps. Quelques crépitements viennent apporter un peu d’épaisseur à l’ensemble, quelques clochettes aussi... Et puis exactement à mi-parcours, l’étirement semble tellement grand que l’on n’entend plus qu’une sorte de nappe sourde, l’impression d’arriver au bout de quelque chose, un vide immense, de traverser un miroir et d’entrer dans un autre univers. Les clochettes ont pris le dessus et l’évolution se fait petit à petit sentir sur des bouillonnements sourd qui deviennent métallisés, grésillants, fourmillants, donnant physiquement l’impression d’assister à une accélération... de particules ? du temps ?...
Le disque se termine donc avec Collapsing qui, comme vous le devinez certainement simule une rétractation du temps avec une texture oscillante, parfois un peu chaotique, qui s’accélére infiniment pour finir par s’éteindre, mettant fin à cet exercice de style.

Un travail intéressant mais un résultat très expérimental qui fait que cette première sortie de la "M-Série" sera réservée aux amateurs d’expérimentations sonores, entre minimalisme et dark-ambient.

Fabrice ALLARD
le 11/08/2010

À lire également

Listening Mirror
...From Dreams...
(Entropy Records)
Dmitriy Rodionov Experience
1+1=1 (Part I & Part II)
(Entropy Records)
BOB T.racKer
The Horns
(Entropy Records)
V/A
Instinct
(Entropy Records)