Yannis Kyriakides

Antichamber

(Unsounds / Metamkine)

 date de sortie

01/02/2010

 genre

Classique

 style

Contemporain / Expérimental / Electroacoustique

 appréciation

 écouter

2 extraits (Flash)

 tags

Contemporain / Electroacoustique / Expérimental / Unsounds / Yannis Kyriakides

 liens

Yannis Kyriakides
Unsounds

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Nous essayons de suivre le travail de Yannis Kyriakides, boss du label Unsounds avec Andy Moor. Extrêmement actif en temps que compositeur, répondant à des commandes venant de toutes parts (compagnies de danse, ensembles classiques), il propose de temps à autre des albums conceptuels, autour d’un thème précis comme The Buffer Zone axé sur l’histoire de Chypre, son pays d’origine. De Kyriakides, on connaissait des œuvres ambient expérimentales, mais on découvre ici un tout autre versant de son travail puisque Antichamber fait référence à la musique de chambre !

Antichamber est un double album regroupant des pièces composées durant les 15 dernières années. S’il intervient parfois, Yannis Kyriakides n’est pas interprète ici, mais compositeur de musique classique contemporaine pour petits ensembles allant du duo au quintette. Sa participation instrumentale se résume apparemment à la composition de bandes son qui accompagnent les musiciens, la préparation d’une playlist de bruitages qui sera jouée en mode aléatoire sur un iPod Shuffle (As They Step Into The Same Rivers), et vraisemblablement le traitement en direct d’un quatuor à cordes sur Antichamber.

Composé grosso modo de 10 pièces de 15 minutes, Antichamber est une œuvre imposante et ambitieuse. Les différents morceaux explorent des styles relativement variés, tour à tour très abstrait, habituel de ce que l’on entend généralement par musique contemporaine, et par ailleurs un peu plus classique en jouant sur la répétition ou une approche plus minimaliste.
L’album s’ouvre sur un jeu de cuivres atones avec Telegraphic avant d’opter pour des syncopes modernes, un jeu qui forme un bel ensemble avec un synthé et ordinateur. De la même façon le 2eme CD s’ouvre sur une pièce luxuriante puisque c’est un sentiment de trop plein qui nous envahi parfois à l’écoute de Chaoids à base de violon, saxophone et un vibraphone qui se révèlera somptueux dans les passages les plus aérés. On retrouve ce jeu très contrasté sur Dog Song avec une trompette alternant entre improvisation et nappes ou silences, laissant alors l’électronique prendre le dessus.
Dans des registres un peu plus faciles d’accès, on notera l’importance des silences sur Zeimbekiko 1918 ou As They Step Into The Same Rivers. Le premier partagé entre violon et guitare possède un ton assez particulier, une sorte de blues contemporain ponctué de samples de musiques rétros. Le second pour quatuor à cordes est un petit bijou, mélodique et apaisé que l’on rapprocherait d’une composition néoclassique. L’OVNI de l’album, c’est U, une étonnante pièce pour ensemble vocal et ordinateur, la plus courte du disque qui s’enchaîne avec PNEuma plus classiquement construit : bruitages percussifs, cuivre et piano avec un jeu à la fois répétitif et joliment bancal.

On termine avec Atopia, une pièce un peu à part elle aussi puisqu’avec ses 22mn et ses notes alanguies de flute et violon, elle conclue l’album avec une ambient acoustique.

Fabrice ALLARD
le 23/08/2010

À lire également

Francisco López
Untitled #275
(Unsounds)
V/A
Kraakgeluiden
(Unsounds)
Yannis Kyriakides
Wordless
(Unsounds)
Alessandro Bosetti & Chris Abrahams
A Heart that Responds from Schooling
(Unsounds)