Philippe Petit & Friends

Silk-Screened

(Trace Recordings / Import)

 date de sortie

26/04/2010

 genre

Rock

 style

Future Jazz / Improvisation / Post-Rock / Psyché Rock

 appréciation

 écouter

A Swirling Mix Of Dystopia (extrait)

 tags

Astrïd / Future Jazz / Improvisation / Jérôme Paressant / Oldman / Philippe Petit / Post-Rock / Psyché Rock / Strings of Consciousness / Trace Recordings

 liens

Strings of Consciousness
Oldman
Jérôme Paressant
Trace Recordings
Astrïd
Philippe Petit

 autres disques récents
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)

Devons-nous encore présenter Philippe Petit ? Aller, petit rappel... Le Français dirige le label Bip_Hop reconnu internationalement pour la qualité de ses sorties, ainsi que sa série de compilations Bip-Hop Generation avec lesquels nous avons fait de belles découvertes. On a un peu tendance à l’oublier, mais avant l’électronique, Philippe Petit dirigeait Pandemonium Records avec là aussi un sans faute : Hint, Bästard, Guapo, Andy’s Car Crash, Cerberus Shoal ou encore les Spaceheads que l’on retrouvera plus tard sur Bip_Hop.
Après pas loin de 10 ans d’activité derrière le label électronique et quelques premières productions au sein de Strings Of Consciousness, Philippe Petit multiplie les productions sonores dont nous allons nous faire l’écho dans les semaines à venir.

Philippe Petit fonctionne énormément par collaboration, et cet album en est le reflet parfait. Silk-Screened fait suite à (Reciprocess : +/VS.), une première production offerte l’an dernier avec un numéro du magazine Wire. Déjà composée par Philippe Petit & Friends, cette production avait été produite en deux temps, les invités ajoutant leur participation à la bande son du Français. Le process est certainement différent ici puisque l’on retrouve assez souvent les musiciens de Strings Of Consciousness, naturellement collaborateurs habituels du Français. On remarquera quelques surprises par ailleurs, plutôt bonnes même puisque l’on retrouve Andy Diagram (Spaceheads) à la trompette, Charles-Eric Charrier (ex-Man et désormais Oldman), Cyril Secq que l’on a déjà croisé au sein de Astrïd, ou encore Graham Massey, celui là même de 808 State !

Les amis sont nombreux, et cela se retrouve au niveau de la musique, parfois extrêmement riche. Par ailleurs l’omniprésence des cuivres généralement placés très en avant confère à l’album une teinte jazzy inattendue et tend à minimiser l’importance des autres instruments. On en viendrait presque à oublier qu’il s’agit d’un album de Philippe Petit qui intervient principalement aux platines, percussions et traitements des instruments acoustiques.
L’album donne l’impression d’être une session live, voire de laisser une part importante à l’improvisation sur Abraxas, composé avec Jérôme Paressant que l’on connait plutôt adepte du genre. Et puis on décolle avec deux pièces de Oldman revisitées par le combo. Avec leurs 10-11mn, A Swirling Mix Of Dystopia et A Swirling Mix Of Utopia représentent quasiment la moitié de l’album. Le premier se remarque avec un son très riche, une rythmique en roue libre, quelque part entre rock psychédélique et blues urbain avant de s’éteindre sur des cuivres chatoyants, tandis que le second est plus proche du trip mystique, se révélant plus détaché, flottant, lancinant, dans une ambiance légèrement orientale.
On aura tendance à préférer l’autre moitié de l’album pour ses constructions plus alanguies, plus minimalistes à commencer par la fine superposition de saxophone et résonance de verre de Blossoming Krokus. Le ton change aussi un peu en fin d’album, y gagnant en douceur. On attribuera ce changement à la douceur d’une guitare, quelques notes de piano, et la harpe de Raphaelle Rinaudo, distilant des notes éparses sur ... Beyond The Mist.

Silk-Screened est un bel album, plutôt inclassable, entre jazz, psyché-rock et post-rock, mais on aura tendance à le trouver plus facile d’accès, malheureusement moins aventureux que ce que l’on a entendu jusque là de la part de Strings of Conciousness avec qui la comparaison est inévitable.

Fabrice ALLARD
le 25/08/2010

À lire également

Philippe Petit
Oneiric Rings On Grey Velvet
(Aagoo)
Chapter 24 & Philippe Petit
The Red Giant Meets the White Dwarf
(Boring Machines)
25/01/2009
Strings of Consciousness
(Maroquinerie)
Deison
Night Sessions
(Silentes Minimal Editions)