dooQ

Fingertip Springs

(Amp Bit If Go recordings / Import)

 date de sortie

26/04/2010

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 écouter

3 titres en téléchargement gratuit

 tags

Amp Bit If Go recordings / dooQ / Electronica

 liens

dooQ
Amp Bit If Go recordings

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

dooQ est un artiste anglais que l’on a déjà pu croiser sur un split chez Boltfish Recordings il y a quelques années. Fingertip Springs est son premier album qui est pour nous l’occasion de découvrir à la fois l’artiste et un nouveau label. Amp Bit If Go Recordings est une structure anglaise créée en 2007 par le duo Soundhacker qui avait sorti ses premières productions chez Smallfish et Cactus Island. Après avoir sorti leur propres productions sur le label nouvellement créé, ils se sont ouvert à d’autres artistes à l’occasion de la compilation Feeding The Transmitter publiée en 2009. Joli tracklisting avec en particulier Michael Santos, Poborsk, Autistici, Maps And Diagrams, Pleq ou encore OCP dont nous parlerons prochainement.

Entre le passé des fondateurs de Amp Bit If Go et cette liste d’artistes, on se doute un peu de la teneur des productions du label et dooQ nous conforte dans cet a priori avec un long album d’une electronica à la fois mélodique et variée. L’ensemble de l’album est plutôt cohérent avec un bel équilibre entre douces mélodies et rythmiques syncopées, et bénéficie d’une instrumentation plutôt inattendue qui lui confère un charme particulier. Cette première production de dooQ s’ouvre sur That These Are Never dont les mélodies semblent provenir d’une harpe tandis que c’est une véritable batterie qui donne le tempo, aidée par des inserts électroniques assez typiques du genre (syncope, effets de hachage). Sur Januar c’est une contrebasse hoquetante qui répond à une mélodie de tintements métalliques, un peu plus loin c’est un instrument à cordes frappées qui est utilisé, à moins que ce ne soit les cordes d’un violon qui sont pincées sur le très frais Ekaarian, puis on tend vers la toy music sur Whimmydiddle au son d’une kalimba et un marimba sur The Mumblings Of Schmibbleboop. Il s’agit toujours d’instruments aux sons très clairs, purs, qui ne sont peut-être même que des imitations synthétiques mais qu’importe.
dooQ ne se contente pas d’appliquer une recette et produit également quelques pièces qui se distinguent par leur relative abstraction en particulier sur la deuxième moitié de l’album, un peu plus évasive. Dip And Soak marque la rupture avec un ton nettement plus ambient alternant avec des passages purement rythmiques. Plus imprévisible, Chocula Slide est une longue hésitation mêlant piano épars et frottements de cordes puis Wasn’t What It Was et Prowler se démarquent avec leurs bruitages et sonorités concrètes, leurs nappes flottantes et cinématographiques tendance film à suspense. On termine en rythme, avec un son très dense, des nappes graves en guise de mélodie, des sonorités un peu métalliques et grésillantes, bref un son un peu plus agressif pour le bouquet final que constitue Syfon.

Un double visage donc pour dooQ, entre electronica mélodique et efforts de diversions qui permettent de se renouveler tout en restant dans une certaine continuité.

Fabrice ALLARD
le 29/08/2010

À lire également

soundhacker
Spiked
(Amp Bit If Go recordings)
OCP
Mismatched Negativity
(Amp Bit If Go recordings)