K11 & Philippe Petit

The Haunting Triptych

(Boring Machines / Import)

 date de sortie

00/05/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Noise

 appréciation

 écouter

Chapter 1 : Residual Spookiness

 tags

Ambient / Boring Machines / K11 (Pietro Riparbelli) / Noise / Philippe Petit

 liens

Philippe Petit
Boring Machines
K11 (Pietro Riparbelli)

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Après Silk-Screened de Philippe Petit & Friends dont on parlait il y a quelques jours, voici une autre des nombreuses productions récentes du Français. Il s’agit cette fois d’une collaboration avec Pietro Riparbelli que l’on découvre pour l’occasion, artiste italien actif aussi bien sous son propre nom que derrière des pseudos (K11, PT-R), explorant divers styles musicaux entre la musique industrielle, l’illbient et la noise, ses productions se retrouvant aussi bien sur disque qu’au sein d’œuvres plastiques.

On s’y attendait un peu, il va être difficile de trouver une véritable ligne directrice dans la production de Philippe Petit. Quoi de plus normal de la part de quelqu’un qui a dirigé deux labels aussi différents que Pandemonium et Bip_Hop, amateur de belles choses au sens large plutôt que des cloisonnements. La couleur musicale de ses productions est du coup intimement liée aux personnes avec lesquelles il collabore. Après des instrumentistes sur Silk-Screened, voici un électronicien amateur de musique industrielle et donc logiquement un album beaucoup plus électroniques.
Philippe Petit travaille toujours à base de platines, field recordings, et effets, soit un setup parfaitement en phase avec les field recordings, voix et ondes radio qui sont la spécialité de l’Italien. Le titre de l’album annonce clairement les choses puisque l’on trouve ici trois pistes d’une musique plutôt ambient, habitée et dérangée, en un mot sombre. Le panel des sonorités typiques du genre est globalement respecté, avec sur Chapter 1 : Residual Spookiness coups sourds, nappes flottantes ou bouillonnantes, souffles réguliers évoquant une respiration, glissements sonores, impression de cuivres menaçants pour s’achever dans une sorte de lente progression inéluctable à base de textures granuleuses et distorsions de guitares.
Chapter 2 : Shadow Creatures débute de belle manière et dans un certain apaisement (douces nappes, voix sous forme de chœurs, souffles) mais reprend la même structure que son prédécesseur. L’arrivée d’une voix profonde donne un premier indice puis ce sont des textures grésillantes et abrasives qui enchainent. Le dernier chapitre est un peu plus moins dérangé. Les sonorités utilisées ne changent pas vraiment mais semblent plus apparentes, plus claires puisque l’on identifie parfaitement tous les chuintements comme des effets de scratchs aux platines. Ces bruitages évoquent une présence animale, une forme de vie inconnue qui vient siffler au milieu de chœurs mystiques.

Si l’on disait que Silk-Screened joue avec les genres, The Haunting Triptych est au contraire un album très cohérent, à conseiller aux amateurs d’ambient sombre et cinématographique.

Fabrice ALLARD
le 09/09/2010

À lire également

Deison
Night Sessions
(Silentes Minimal Editions)
Chapter 24 & Philippe Petit
The Red Giant Meets the White Dwarf
(Boring Machines)
Philippe Petit & Friends
Eugénie
(Alrealon Musique)
Von Tesla
Raised by Clear Acid
(Boring Machines)