iTAL tEK

Midnight Colour

(Planet Mu / La Baleine)

 date de sortie

07/06/2010

 genre

Electronique

 style

Electronica / Dubstep

 appréciation

 écouter

13 extraits (player Flash)

 tags

Dubstep / Electronica / iTAL tEK / Planet Mu

 liens

Planet Mu
iTAL tEK

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

On avait beaucoup aimé Cyclical, le premier album de iTAL tEK, publié en 2008 chez Planet Mu. Fidèle à son subtil croisement de dubstep et d’electronica, Alan Myson nous revient avec un son un peu plus doux, un peu plus nuancé, des tempos un peu posés et des mélodies plus présentes.

On retrouve des influences dubstep bien marquées avec des basses rondes et épaisses sur Neon Arc qui ouvre l’album tandis que des synthés bruts et puissants produisent une mélodie plutôt originale. On retrouve ce style un peu brut de décoffrage à plusieurs reprises avec à chaque fois une petite originalité : un break composé de petits tintements electronica sur Talis, une boucle soyeuse derrière les synthés ronronnants de Babel, et à la rigueur des rythmiques très syncopés sur Heliopause qui penche toutefois déjà bien du côté de l’electronica.
En effet mis à part ces quelques titres qui gardent une certaine sécheresse, le ton s’est nettement adouci et se révèle moins sombre, avec des mélodies joliment taillées et bien souvent aériennes. On commence avec Moon Bow et son mélange de nappes mélodiques et samples vocaux envoutants, on enchaîne avec l’entraînant et bouillonnant Strangelove V.I.P., un petit bijou d’electronica syncopée, puis Moment In Blue qui se fait accrocheur avec sa mélodie hachée et minimaliste. Par ailleurs Alan Myson flirte avec le dub sur Black And White avec des samples vocaux triturés qui sont des éléments récurrents de ce nouvel album, et il nous surprend avec Satellite, un magnifique morceau d’ambient plutôt sombre mais d’une durée qui le relègue malheureusement au rang d’interlude. On mettra également Infinite dans le haut du panier avec une construction un peu plus alambiquée, à la fois très cassant et très fin, donnant l’impression que chaque sonorité vient en interrompre une autre, créant au final un assemblage complexe. On sera par contre moins fan de Restless Tundra qui conclut l’album avec un virage pop puisque l’on retrouve Anneka au chant, une jeune femme que l’on retrouve dans de nombreuses productions Planet Mu (Vex’D, Starkey, Milanese).

Cyclical nous permettait de découvrir iTAL tEK, ce nouvel album permet de confirmer le talent de l’anglais. Un album efficace, qui va droit au but.

Fabrice ALLARD
le 12/09/2010

À lire également

Leafcutter John
The Housebound Spirit
(Planet Mu)
Venetian Snares
Filth
(Planet Mu)
Kid Spatula
Meast
(Planet Mu)
Lexaunculpt
The Blurring of Trees
(Planet Mu)