Lights Out Asia

In The Days Of Jupiter

(n5MD / Import)

 date de sortie

08/08/2010

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 écouter

11 RealAudio complets

 tags

Lights Out Asia / n5MD / Post-Rock

 liens

n5MD
Lights Out Asia

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

Fidèle au rendez-vous de juillet-août, le trio Lights Out Asia nous propose son troisième album en autant de saisons estivales consécutives. Mais si la structure du disque (alternance de morceaux longs dépassant les huit minutes et de titres autour des quatre minutes) demeure inchangée, l’évolution musicale est assez notable. Instrumentalement, le groupe du Wisconsin ne renie nullement son post-rock aux contours shoegazing, mais l’apparition du chant vient sensiblement transformer leurs compositions.

Ainsi, tandis que la dynamique épique de la combinaison guitares-rythmiques électroniques ne faiblit pas (Except Europa, 13 AM), la voix de Chris Schafer apporte une bonne dose de mélancolie à des morceaux qui, jusqu’à présent, n’avaient pas forcément développé cet aspect (Attempt No Landing There, Great Men From Unhealthy Ground, Currents Meet The Tide). Ingénieux contrepoints aux titres précédemment évoqués, ces éléments peuvent également être croisés avec ceux plus communément travaillés par le trio états-unien. À preuve, Then I Hope You Like The Desert et Shifting Sands Wreck Ships voient Schafer chanter mais aussi Mike Rush dévoiler sa guitare saturée et Mike Ystad ses percussions synthétiques pour des résultats enlevés et prenants.

Sur leur précédent long-format, un clavier faisait déjà son apparition, mais il n’influait pas outre mesure sur le style du morceau considéré. Changement de perspective cette fois-ci puisque All Is Quiet In The Valley délaisse toute guitare et toute rythmique au profit de nappes et clavier, donc. Bref, alors qu’on avait pu souligner que Eyes Like Brontide faisait du surplace, brillamment certes, par rapport à Tanks and Recognizers, In The Days Of Jupiter est bien loin de nous conduire à une telle conclusion.

François Bousquet
le 27/09/2010

À lire également

Ocoeur
Memento (EP)
(n5MD)
Bitcrush
Shimmer and Fade
(n5MD)
Bitcrush
Of Embers
(n5MD)
Lights Out Asia
Eyes Like Brontide
(n5MD)