Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger : Comment rester fertile ?

 date

du 18/09/2010 au 12/12/2010

 salle

Centre Culturel Suisse,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Culturel Suisse / Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger

 liens

Centre Culturel Suisse
Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger

 dans la même rubrique
du 18/05/2017 au 23/07/2017
Kaye Donachie : Sous les nuages de ses paupières
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 21/04/2017 au 25/06/2017
Nina Canell : Dolphin Dandelion
(Crédac)
du 03/02/2017 au 08/05/2017
Emmanuel Saulnier : Black Dancing
(Palais de Tokyo)

Spécialisés dans l’installation ad hoc et in situ, Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger investissent l’ensemble du Centre culturel suisse avec une exposition constituée de quatre œuvres, une vidéo et une « installation totale », pour reprendre leur expression. En pénétrant dans le hall et découvrant la Table des Offrandes dans la vitrine, on tombe devant une association d’emballages alimentaires vides (bouteilles en plastique, sachets de pâtes, empaquetages de sandwiches) et de matières organiques, si bien qu’on ne sait pas trop si les secondes ne sont pas en réalité issues de la putréfaction du contenant des premières. On craint alors un peu le pire en se souvenant de ces expositions dans lesquelles on ne trouvait qu’accumulations de mauvais goûts et assemblages kitchs (Gelitin au Musée d’Art Moderne, par exemple).

JPEG - 76.4 ko
Table des Offrandes
(courtesy du Centre culturel suisse)

Mais, en face, l’armoire Jardin des Tortures contrebalance le propos avec quelque chose de plus poétique, limite naïf dans son accumulation de fleurs colorées et leur disposition dans un espace nous donnant presqu’envie d’y pénétrer pour intégrer un monde bariolé. Même réussite dans la Project Room, située de l’autre côté de la cour du Centre, avec Le Cristallisateur, agglomération de cristaux d’engrais formés au fur et à mesure du déroulement de la réaction chimique. Entre étude botaniste et renvoi à un fœtus plongé dans du liquide amniotique, cette création constitue une parfaite illustration du titre de l’exposition, désireux de se confronter à la fertilité sous toutes ces acceptions (reproduction humaine, fécondité de la terre, richesse de l’imagination).

JPEG - 13.3 ko
Le Cristallisateur
(courtesy du Centre culturel suisse)

Enfin, la salle à l’étage se rallie en traversant un espace cloisonné entre cabane de jardin et atmosphère style maison des horreurs d’un parc d’attractions, comme s’il s’agissait d’opérer une vraie coupure avec l’extérieur. De fait, le grand espace est pensé comme un monde à part, avec ses tuyaux, disques de lumière projetés sur le mur à la manière de soleils psychédéliques, branches végétales et ustensiles de cuisine greffés sur ces dernières. Les cimaises percées d’ouvertures cassent le rythme habituel de visite du lieu tandis qu’une large banquette ronde accueille les visiteurs prêts à s’immerger dans cet univers assez singulier.

François Bousquet
le 22/09/2010

À lire également

du 03/12/2006 au 11/03/2007
Peintures Aller/Retour
(Centre Culturel Suisse)
du 27/03/2013 au 29/03/2013
In Love With Federer
(Centre Culturel Suisse)
du 14/2/2009 au 19/4/2009
Andres Luts & Anders
(Centre Culturel Suisse)
du 06/05/2011 au 17/07/2011
Amy O’Neill : Forests,
(Centre Culturel Suisse)