Teho Teardo

Soundtrack Work 2004-2008

(Expanding Records / Import)

 date de sortie

23/08/2010

 genre

Classique

 style

Néo-Classique / Musique de film

 appréciation

 écouter

25 morceaux complets (Flash)

 tags

Expanding Records / Musique de film / Néo-Classique / Teho Teardo

 liens

Expanding Records
Teho Teardo

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

Trop rares sont les bandes originales gravées sur disque qui nous ont convaincu jusqu’à présent. En effet, pour des Hilmar Orn Hilmarsson et Sylvain Chauveau globalement pertinents même en l’absence d’images, combien de Kazumasa Hashimoto insignifiants. Aussi, c’est avec un peu d’appréhension qu’on débute l’écoute de Soundtrack Work 2004-2008, compilation de cinq bandes originales réalisées par Teho Teardo. Croisé au sein du duo Modern Institute pour un très bon album, déjà sur Expanding, début 2006, l’Italien se met donc ici au service de films transalpins, et notamment Il Divo, ce long-métrage retraçant la carrière de Giulio Andreotti primé à Cannes il y a deux ans. Le livret du disque nous apprend qu’Ennio Morricone lui-même a adoubé Teardo qui a d’ailleurs reçu la récompense nommée du patronyme même du compositeur illustre.

Bref, c’est fort de tous ces signaux plutôt engageants que se dévoile un album dont la variété va rapidement constituer un véritable atout. De fait, l’Italien ne se limite pas poser quelques cordes ou des nappes de synthé, mais écrit des morceaux qui, majoritairement, tiennent très bien debout tout seuls. Ainsi en est-il, par exemple, de Ti Pare Felice ? et Munifried dans lesquels se croisent cordes et électroniques (un peu à la manière de Modern Institute, d’ailleurs), Perchè Proprio Io ? où c’est une guitare qui dialogue avec les instruments à cordes (comme, plus loin, dans Sarà Per Voi) ou bien Che Cosa Ricordare Di Lei ? avec ses éléments synthétiques et sa six-cordes.

Outre ces titres notables, le reste de la compilation se déroule dans une cohérence certaine, parsemée de morceaux assez courts (caractéristique traditionnelle de ce genre d’exercice) et plutôt enveloppants (les onze instrumentistes intervenant aux violoncelles, alto et violon faisant évidemment leur effet). Au total donc, un ensemble qui confirme le talent de l’auteur et l’à-propos des choix d’Expanding.

François Bousquet
le 10/10/2010

À lire également

Maps & Diagrams
Polytuft-tech
(Expanding Records)
Orla Wren
Butterfly Wings Make
(Expanding Records)
Oblong
Indicator
(Expanding Records)
Benge
Meme Tunes
(Expanding Records)