Kabutogani

Bektop

(Mille Plateaux / La Baleine)

 date de sortie

14/06/2010

 genre

Electronique

 style

Electronica / Expérimental / Glitch / Industriel

 appréciation

 écouter

12 titres (Flash player)

 tags

Electronica / Expérimental / Glitch / Industriel / Kabutogani / Mille Plateaux

 liens

Mille Plateaux
Kabutogani

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Après la compilation Clicks & Cuts 5.0 qui relançait il y a quelques mois le label Mille Plateaux, voici une nouvelle sortie et un artiste français déjà évoqué sur ces pages. Basé en banlieue lyonnaise, Kabutogani faisait partie du collectif Guerilla Underground sur lequel il a sorti deux albums en 2001 et 2003 tandis qu’on le croisait en 2008, remixant un titre sur le Children EP d’Absent du même collectif. C’est une excellente surprise de le retrouver aujourd’hui chez Mille Plateaux puisque comme on le disait récemment, le français possède un son bien à lui.

Bektop n’est pas un disque facile dans la mesure où il est composé en majeure partie de sonorités particulièrement arides. La musique de Kabutogani se situe dans un registre electronica expérimentale, tendance glitchs, et annonce la couleur dès le premier titre avec les grésillements, sifflements stridents et claquements rythmiques de Protocole 1. Le style tient à la fois du clinique et des musiques industrielles, Kabutogani étant généralement avare de mélodies, laissant parler bips et bleeps de machines ou encore des ronronnements de basses nasillardes. Il s’essaye tout de même à l’utilisation de sonorités acoustiques sur 120 Degrees via quelques samples de coups percussifs et peut-être sur Production Peripherals où l’on a l’impression d’entendre un orage au loin.

L’ensemble de l’album est très uniforme, extrêmement cohérent, Kabutogani ne se dissipe pas et reste concentré sur ce qui fait sa spécificité. Le choix des sonorités, extrêmement denses avec de nombreuses textures grésillantes, souffles épais et ronronnements nasillards, tend à rendre le disque étouffant. Bien souvent les mélodies sont noyées dans un brouillard sonore (CEXMA, Airlock) quand il ne s’agit pas d’un chant de modem saturé (SIGINT) et seul un tempo un peu plus soutenu nous permet de sortir la tête de l’eau, en particulier grâce aux frétillements rythmiques de Clave et Seisen.
S’il utilise toujours le même genre de sonorités, le Français semble s’essayer à l’ambient sur Book Gills, puis il se rapproche d’une electronica aux mélodies pointillistes sur Ducts pour finir par trouver le chemin de la lumière avec le plus apaisé Kuril Probe qui conclue magnifiquement l’album alors que ses mélodies percent des nuages de glitchs.

On se demandait en chroniquant la compilation Clicks & Cuts 5.0 si cette renaissance du label allemand était vraiment une bonne chose. Il est bien sûr trop tôt pour le dire, mais cet album de Kabutogani est plutôt une très bonne surprise, à la fois dans la lignée du label mais avec un artiste qui a une véritable personnalité.

Fabrice ALLARD
le 10/10/2010

À lire également

Snd
Tender Love
(Mille Plateaux)
Vladislav Delay
Anima
(Mille Plateaux)
Frank Bretschneider & Taylor Deupree
Balance
(Mille Plateaux)
Ametsub
The Nothings of The North
(Mille Plateaux)