SOS (Save Our Souls)

 auteur

Nicole Borgeat

 metteur en scène

Yan Duyvendak

 date

du 13/10/2010 au 15/10/2010

 salle

Centre Culturel Suisse,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Culturel Suisse / Nicole Borgeat

 liens

Centre Culturel Suisse

 dans la même rubrique
du 21/09/2016 au 08/10/2016
Nobody
(Théâtre Monfort)
du 10/05/2016 au 04/06/2016
Je suis Fassbinder
(Théâtre de la Colline)
du 17/03/2016 au 03/04/2016
En Route – Kaddish
(Nouveau Théâtre de Montreuil)
du 16/03/2016 au 26/03/2016
L’Adversaire
(Théâtre Paris-Villette)

Plutôt intéressés par Made in Paradise, performance de Yan Duyvendak vu la saison passée à la Ménagerie de Verre, nous nous sommes rendus au Centre culturel suisse pour assister au nouveau spectacle du créateur suisse, encore une fois assisté de la dramaturge Nicole Borgeat. Comme l’année dernière, il s’agit de faire participer le public, les spectateurs étant invités à sélectionner des titres de saynètes qui seront ensuite interprétées par Duyvendak ou l’un de ses trois acolytes. Dimension interactive et work in progress se retrouvent donc à nouveau dans ce SOS (Save Our Souls).

Le souci est que, à la différence de Made in Paradise, qui traitait des conséquences du 11 septembre et du changement que l’événement a provoqué dans les rapports musulmans-occidentaux, SOS (Save Our Souls) présente une portée nettement plus limitée. En effet, la plupart des fragments se résument à une moquerie du langage de manager techno-commercial (« faire bouger les lignes afin de n’occulter aucun des paramètres conjoncturels auxquels nous pouvons être confrontés », « redéfinir de nouvelles organisations matricielles permettant de résoudre l’intégralité des problématiques qui nous occupent », etc…). À côté de cela, on a quelques performances plus physiques (déplacer des chaises dans un temps réduit, plier une échelle) ou mettant le public à contribution (changements de sièges). Mais une fois que le schéma de départ bien établi, on saisit l’ironie et la critique des relations professionnelles sous-tendue et on a tout compris au bout de trente minutes ; problème : le spectacle en dure cent-vingt !

Le temps va alors s’étirer jusqu’à n’en plus finir, quelques saynètes pouvant occasionnellement sortir du lot, mais l’ensemble manque cruellement, en définitive, de consistance, ne parvenant pas à démontrer à quoi tout cet assemblage sert. Pire encore : les performeurs ont beau se moquer du sabir managerial, on en vient à se demander ce que le spectacle a de plus à proposer que les petits jeux de rôle mis en place lors des sessions de formation en management.

Autres dates :
- du 2 au 6 novembre 2010 : Comédie de Genève
- du 16 au 19 février 2011 : Théâtre de l’Arsenic - Lausanne
- 8 et 9 mars 2011 : Filature - Mulhouse
- 16 et 17 mai 2011 : Bonlieu Scène Nationale - Annecy

François Bousquet
le 22/10/2010

À lire également

17/11/2010
Oy
(Centre Culturel Suisse)
du 18/09/2010 au 12/12/2010
Gerda Steiner et Jörg (...)
(Centre Culturel Suisse)
du 22/01/2016 au 03/04/2016
Denis Savary : Jour (...)
(Centre Culturel Suisse)
du 03/12/2006 au 11/03/2007
Peintures Aller/Retour
(Centre Culturel Suisse)