Stellar OM Source / Hungry Soul / Heatsick

 date du concert

15/10/2010

 salle

Madame Claude,
Berlin

 tags

Madame Claude / Stellar OM Source

 liens

Madame Claude
Stellar OM Source

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Profitant d’un week-end sur Berlin, nous voici de passage chez Madame Claude, petit bar au cadre original bénéficiant d’un espace pour des concerts. C’est assez rudimentaire, le niveau sonore doit être limité, mais la programmation est extrêmement riche. C’est un peu comme s’il s’agissait d’un Pop In berlinois avec une programmation mettant l’accent sur une électronique expérimentale plutôt que la folk.

Le temps de diner, et on arrivera pendant le set de ce qui devait être Heatsick, projet solo de l’anglais Steven Warwick, moitié de Birds of Delay. Difficile de se faire une idée alors que la salle est pleine, que l’on a du mal à voir ce qui se passe sur "scène" et que tout ce que l’on entendra sera la même boucle, rapide et entêtante durant peut-être une dizaine de minute. On aura donc envie de rapprocher ça de l’école minimaliste 70s, en se disant que peut-être le son évolue très lentement, imperceptiblement.
Trop court pour juger, mais gros a priori positif tout de même après ces quelques minutes.

Les lives sont de courte durée et s’enchaînent très vite. On passe ainsi au Belge Hungry Soul pour un live machine bien plus classique. Rythmiques sautillantes et ronronnements acides, on a un peu l’impression de remonter dix ans en arrière. Le résultat est assez étrange, un peu comme si l’artiste avait décidé de regrouper dans un même morceau tout ce qu’il aime : les boites à rythme ne nous laisse aucun répit, donnant parfois une ambiance un peu tribale, les basses lorgnent vers l’acid-techno, et de temps en temps quelques nappes et arpèges de synthés semblent s’échapper.
Rien de bien nouveau, pas déplaisant, mais le public local semblait enchanté après ce concert d’un gros quart d’heure.

En tête d’affiche, Stellar OM Source, le projet solo de la française Christelle Gualdi actuellement basée aux Pays-Bas. Les machines sont à l’honneur ce soir et la Française apparaît derrière une pile de synthés et autres appareils électroniques. Elle débute son set avec des claviers aux consonances kraftwerkiennes et on percevra dans une premier temps une tendance psyché qui disparaîtra un peu alors qu’une rythmique lourde fit son apparition pour ne plus jamais s’arrêter. Celle-ci est assez basique, mais ce n’est pas vraiment là la marque de fabrique de Stellar OM Source. En fait on aura un peu de mal à situer l’artiste qui semble jouer sur deux tableaux à la fois : d’un côté, une débauche de claviers analogiques produisant boucles, arpèges et nappes, un maelström synthétique et psychédélique qui se mariait plutôt bien à des éléments influencés par une techno-trance.
Un live d’un gros quart d’heure qui nous apparaîtra en partie improvisé, en particulier lors de solos de synthés tournoyant provoquant quelques réactions enthousiastes dans la salle.

Fabrice ALLARD
le 24/10/2010