Chris Abrahams

Play Scar

(Room40 / Metamkine)

 date de sortie

14/07/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Minimal

 appréciation

 écouter

Jellycrown (morceau complet via SoundCloud)

 tags

Ambient / Chris Abrahams / Minimal / Room40

 liens

Room40

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

Membre du trio The Necks, Chris Abrahams opère également en solo depuis un quart de siècle et ce Play Scar en est un nouveau témoignage. Hébergé sur le label australien géré par Lawrence English, Room40, le musicien y livre un disque d’ambient minimale composée à partir de très nombreux instruments.

En effet, la pochette annonce que l’Australien joue du piano, de l’orgue Hammond, du Rhodes, de l’orgue d’église, de la guitare, du tambourin, des cloches, du synthé, de l’autoharpe ; sans compter les inévitables field recordings, ingrédients indispensables de ce style musical. Pour autant, les huit morceaux font montre d’une délicatesse et d’une épure peu commune, chaque instrument participant à son tour, sans tenir à tout prix à passer devant les autres. De surcroît, l’alternance entre l’un et l’autre est savamment pensée, si bien que lorsqu’un peu trop de sonorités fines et aigues sont intervenues, Abrahams convoque un piano plus chaleureux (la fin de Fly Them) ou un orgue d’église à la dimension mystico-aérienne (The Same Time). De même, après des morceaux quasi-décharnés, quelques rythmiques peuvent apparaître (Twig Blown).

Par conséquent, par rapport à tant de disques ambient qui plongent l’auditeur, du début à la fin, dans une noirceur certaine, on n’est jamais ici dans un tel état d’obscurité, une part lumineuse étant toujours à espérer. Elle peut même venir d’incursions dans d’autres genres musicaux, à l’image du piano presque jazz qui vient poser quelques notes dans Jellycrown ou de la dimension post-rock de la guitare saturée de Leiden. Mais, une nouvelle fois, ces pas de côté ne durent pas, chaque instrument s’effaçant pour en laisser un autre intervenir, dans un mouvement rotatoire aussi précis que convaincant.

François Bousquet
le 07/11/2010

À lire également

Simon James Phillips
Chair
(Room40)
Rafael Anton Irisarri
The Unintentional Sea
(Room40)
Alessandro Bosetti & Chris Abrahams
A Heart that Responds from Schooling
(Unsounds)
Chihei Hatakeyama
Mirror
(Room40)