Big Bang

 auteur

Philippe Quesne

 metteur en scène

Philippe Quesne

 date

du 03/11/2010 au 07/11/2010

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Pompidou / Philippe Quesne

 liens

Centre Pompidou

 dans la même rubrique
du 21/09/2016 au 08/10/2016
Nobody
(Théâtre Monfort)
du 10/05/2016 au 04/06/2016
Je suis Fassbinder
(Théâtre de la Colline)
du 17/03/2016 au 03/04/2016
En Route – Kaddish
(Nouveau Théâtre de Montreuil)
du 16/03/2016 au 26/03/2016
L’Adversaire
(Théâtre Paris-Villette)

Qu’allait bien pouvoir proposer Philippe Quesne après la réussite éclatante qu’avait constituée La Mélancolie des Dragons ? En découvrant le plateau de Big Bang avec ses tentures et sol blancs, sa forme quasi-montagneuse placée côté cour et ses bureau et chaises côté jardin, on retrouve un univers immédiatement familier. De même, on ne sera pas dépaysé avec la présence de ce qui fait traditionnellement le charme des spectacles du Français : goût pour le décalé absurde dans cette évocation de la création de l’univers (des hommes des cavernes aux naufragés échoués), plaisir des petites machineries (même s’il abuse ici un peu des machines à fumée), du déguisement ridicule (cosmonautes et perruques récupérées de ses créations précédentes, respectivement D’Après Nature et La Mélancolie des Dragons) et de la mise dans le champ du hors champ théâtral (comédiens disant à haute voix « ça y est ? tout est prêt ? », « mets-toi là ou, non, plutôt là », etc…).

Pour autant, au-delà de ces effets réjouissants, on se situe, avec ce nouveau spectacle, plus proche de l’installation d’art contemporain que du théâtre (l’amoncellement de canots pneumatiques comme écho au Consigne à vie d’Arman, cet amoncellement de valises que l’on peut voir devant la parisienne gare Saint-Lazare). De fait, les acteurs passent davantage de temps à installer des objets, mettre en place des situations ou changer de tenue qu’à en faire véritablement quelque chose. On en vient donc à déplorer l’absence de ce fil narratif qui permettait à L’Effet de Serge et à La Mélancolie des Dragons de dépasser le stade du bricolage amusant. Volonté de radicaliser son propos ou essoufflement de sa mécanique ? Le prochain spectacle de Philippe Quesne le dira mais, en toute hypothèse, pour celui-ci, on se voit contraint de se ranger aux côtés de la majeure partie de la critique qui avait modérément accueilli Big Bang à Avignon cet été.

Autres dates :
- 17 et 18 novembre 2010 : Vooruit - Gand
- 23 et 24 novembre 2010 : Maison de la Culture - Tournai
- 9 et 10 décembre 2010 : Théâtre de l’Université Paul Valéry - Montpellier
- 6 et 7 janvier 2011 : Le Maillon - Strasbourg
- 10 et 11 février 2011 : Le Manège - Reims
- 5 et 6 mai 2011 : L’Agora - Évry
- du 17 au 19 mai 2011 : Lieu Unique - Nantes
- 25 et 26 mai 2011 : TAP – Poitiers

François Bousquet
le 11/11/2010

À lire également

21/09/2002
R. Haswell - Yasunao (...)
(Centre Pompidou)
04/10/2002
Polyphonix 40 - CCMC
(Centre Pompidou)
06/12/2003
Festival Octopus 2003 :
(Centre Pompidou)
11/09/2004
ErikM / Pita sur "Pa
(Centre Pompidou)