Revenant

Topoló

(Prele / Metamkine)

 date de sortie

00/12/2008

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Musique Concrète / Field Recordings

 appréciation

 écouter

1 extrait (Flash)

 tags

Expérimental / Field Recordings / Hitoshi Kojo / Murmer / Musique Concrète / Prele / Revenant / Yannick Dauby

 liens

Prele
Murmer
Hitoshi Kojo
Revenant
Yannick Dauby

 autres disques récents
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)

Topoló est la cinquième référence du label Prêle dont nous avions déjà parlé lors du premier CD composé par le duo Courtis / Matsunaga. S’il est sorti il y a près de deux ans, cet album a une certaine actualité dans la mesure où l’on retrouve ici Hitoshi Kojo que l’on découvrait il y a quelques semaines aux Instants Chavirés aux côtés de One Man Nation. Revenant n’est pas un groupe au sens classique, mais plutôt un projet artistique à géométrie variable, donc le but est de créer des enregistrements dans des lieux spécifiques, à un instant donné, de figer une action qui se déroule à un endroit précis. Le titre des pistes est d’ailleurs une combinaison de coordonnées GPS et des date/heure GMT.

C’est en Italie, dans la forêt de Topoló que s’est déroulé cet enregistrement, proche de la frontière slovène. Pour l’occasion, Revenant se composait de cinq artistes parmi lesquels on trouve donc Hitoshi Kojo, mais aussi Patrick McGinley que l’on connait surtout en tant que compositeur de musique concrète sous le nom de Murmer. À leurs côtés, on découvre Yannick Dauby actif dans le domaine du field recordings et responsable de la plateforme Kalerne, chargée de travailler sur la relation entre le son et son environnement. Olivier Feraud développe d’ailleurs ses projets au sein de cette structure, et John Grzinich, basé en Estonie travaille quant à lui aussi bien sur le son que l’image.

L’album est composé de deux pièces, mais la première qui dure plus de 50 minutes est découpée en 5 pistes. Au programme, toute la gamme de sonorités qui peuvent être produites avec les moyens du bord. Les artistes ont avec eux quelques archets qu’ils viennent frotter contre des troncs, branches ou brindilles, des petits bouts de bois frétillent, ça frotte, ça grince, les branchages craquent sous les pieds, une rivière glougloute au loin, quelques oiseaux qui chantent, une brindille qui fend l’air avec un bruit de fouet. Une musique bien souvent abstraite, qui reste difficile à appréhender mais qui par endroit, notamment via des effets de percussions, retrouve une certaine structure.
Le disque s’inscrit véritablement dans l’espace puisque toutes ces sonorités proviennent du lieu d’enregistrement, mais on aura un tout petit doute sur le dernier morceau, par ailleurs superbe, mêlant chant et bruitages mélodiques, avec l’impression d’entendre des harmonicas, avec en fond sonore les pas décidés qui retournent à la civilisation.

Un disque étonnant invitant les esprits de la forêt, une idée de série originale, on se demande déjà quels seront les artistes et lieux des prochaines éditions.

Fabrice ALLARD
le 11/11/2010

À lire également

Courtis_Matsunaga
S/t
(Prele)
Yannick Dauby
Taî-Pak Thian San Piàn
(Kalerne)
Murmer
What Are the Roots That Clutch
(Helen Scarsdale Agency)
16/02/2002
Michael Northam &
(Instants Chavirés)