Renaud Auguste-Dormeuil : Best Wishes

 date

du 15/09/2010 au 12/12/2010

 salle

Maison des Arts,
Malakoff

 appréciation
 tags

Maison des Arts / Renaud Auguste-Dormeuil

 liens

Maison des Arts

 dans la même rubrique
du 28/11/2017 au 13/01/2018
Maurice Blaussyld / Samuel Richardot : Duographie
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 27/09/2017 au 08/01/2018
Prix Marcel Duchamp 2017
(Centre Pompidou)
du 25/10/2017 au 07/01/2018
Gus Van Sant
(Musée de l’Élysée)
du 15/09/2017 au 23/12/2017
Clément Cogitore : Braguino ou la communauté impossible
(Le Bal)

Dans sa courte exposition présentée à la Maison des Arts de Malakoff, Renaud Auguste-Dormeuil s’attache à une problématique très fréquemment croisée dans l’art et la photographie contemporains : le statut de l’image. Dans cette perspective, le jeune Français part d’images existantes et opère par additions ou retranchements. Par additions lorsqu’il superpose, un peu en décalé, deux clichés pour, en jouant sur les couches bleue et rouge de la sortie en RVB, en créer un troisième (Fat Man et Best Wishes). Manifestation d’une forme d’effet psychotrope, cette technique, aussi répandue soit-elle, continue de faire ses preuves.

JPEG - 13.9 ko
Les ambitieux #25
(courtesy In Situ, Fabienne Leclerc)

Moins courue, la soustraction peut être un autre moyen de créer une image. Ainsi, la série Les ambitieux part des portraits officiels de chefs d’État, morts ou vivants (Lincoln, Obama, Catro, Mitterrand), mais dont la partie centrale du visage a été ôtée. Ne demeurent plus alors qu’une paire d’oreilles et des indices visuels (décorations sur les épaules, drapeaux, mobilier), charge au spectateur de s’adonner au petit jeu des devinettes.

JPEG - 14.9 ko
Apoapside
(courtesy In Situ, Fabienne Leclerc)

Même méthode de disparition avec Apoapside dans laquelle c’est encore au spectateur de faire le travail de restitution de ces deux images emprisonnées dans des flight cases puisqu’on nous indique que leur dévoilement entraînerait leur perte. Y a-t-il véritablement quelque chose dans ces valises noires ou est-ce un nouveau pied de nez de l’artiste ? On ne le saura probablement jamais, semble nous souffler le décidément malicieux Renaud Auguste-Dormeuil…

François Bousquet
le 17/11/2010

À lire également

du 06/06/2008 au 28/09/2008
La Dégelée Rabelais
(FRAC Languedoc-Rousillon)
du 17/12/2013 au 25/01/2013
Renaud Auguste-Dormeuil
(Fondation d’entreprise)
du 28/02/2014 au 11/05/2014
Bruno Peinado : L’Écho /
(HAB Galerie)
du 02/12/2015 au 14/02/2016
Jusqu’à ce que rien n’arriv
(Maison des Arts)