Sturqen

Peste

(Kvitnu / Internet)

 date de sortie

00/06/2010

 genre

Electronique

 style

IDM / Industriel / Techno

 appréciation

 écouter

6 titres complets (Flash)

 tags

IDM / Industriel / Kvitnu / Sturqen / Techno

 liens

Kvitnu
Sturqen

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Il y a un peu plus d’un an, on découvrait Sturqen avec son album Piranha, déjà chez Kvitnu. En marge des habituels CD et comme pour faire patienter les fans du label, Kvitnu inaugurait cette année une série de mini productions uniquement disponibles en téléchargement. Peste est ainsi le premier EP de la série, rapidement suivi par Dunaewsky69 dont nous devrions parler dans quelques jours. On reste donc complètement dans la lignée des productions physiques du label.

Ceux qui ont écouté et apprécié Piranha ne devraient pas être déçus par Peste puisque l’on y retrouve les principaux ingrédients. Cet EP est composé de 6 titres qui vont droit au but : des morceaux de 3-4 minutes, des rythmiques technoïdes dont le traitement fait apparaitre de fortes influences industrielles, et très peu de mélodies. Le travail de Sturqen est essentiellement rythmique, avec ici une certaine unité de ton, des tempos généralement très efficaces et dansants. Cassantes, sèches (IENA), nous rappelant un peu l’intro du Hey Boy Hey Girl des Chemical Brothers sur FSF, se faisant plus rapides et débridées sur SAB, particulièrement industrielles, minimales et mécaniques sur SLL, les rythmiques de Sturqen se renouvellent suffisamment pour ne pas lasser l’auditeur, usant même d’étonnantes et superbes cassures et silences sur KIK11.
Leur traitement varie également d’un morceau à l’autre, mais ce sont bien souvent des grésillements qui habillent les percussions des deux Portugais, tandis que ce sont des tonalités minimales (SAB), des grincements et crissements électroniques (SLL) ou des vrombissements réverbérés (KIK11) qui servent d’apport "mélodique".

Un EP qui va droit au but, taillé pour être écouté en free party dans une friche industrielle.

Fabrice ALLARD
le 20/11/2010

À lire également

Kotra & Zavoloka
Wag The Swing
(Kvitnu)
Sturqen
Piranha
(Kvitnu)
Zavoloka
Viter
(Kvitnu)
Matter
Biorhexistasy
(Kvitnu)